Un classique seder parisien. Michèle Chabelski

Bon
Samedi

Ça y est..

publicitÉ


J’ai traversé le désert, déjoué ses pièges, évité ses chausse-trappes.

J’ai marché, il était tard, tout le monde avait faim, le compte d’épreuves y était.

J’ai bu du vin, debout, assise, le coach nous indiquait la position.

J’ai mangé un sandwich fait d’une feuille de salade et d’une lichette de harosset, comme recommandé par le nutritionniste.. rien d’hyper calorique..

Le harosset, une purée composée de dattes, de pommes, d’amandes délayés dans un peu de vin symbolise le mortier qu’utilisaient les esclaves hébreux pour la construction de briques en Egypte.

Attention, hein!
J’ai pas dit que les pyramides tenaient grâce à un amalgame de fruits secs,d’ailleurs je suis les recommandations ambiantes: pas d’amalgame.

Puis le récitant a jeté de l’eau dans une bassine en chantant en canon avec Lena qui jetait aussi de l’eau et est allée ensuite balancer cette eau dans les toilettes.

On a aussi mangé un morceau de céleri trempé dans l’eau, puis des herbes amères.

Les enfants n’étant pas là, Lena fut priée de poser une question.
Elle demanda:

Quand est ce qu’on mange?

Tout ce que je viens de décrire procède de la Haggada qui est le livre mode d’emploi du rituel de Pessah.

Mais le problème, c’est qu’on a dû oublier quelque chose.

Car on y retourne ce soir.

On refait la route une seconde fois.
Un étourdi a dû égarer un truc en chemin et on part le rechercher ce soir.

Si on ne le trouve pas, tant pis. Il n’y aura pas d’autre tentative.

Deux fois 40 ans, c’est bon..

La prière terminée, on a dîné en s’engueulant sur la durée hypothétique des travaux de rénovation de Notre Dame, sur la nécessité ou pas de conserver l’ENA , sur des films dont tout le monde avait oublié le titre, le nom du réalisateur et celui des interprètes. Ce fut une empoignade difficile ponctuée de mince comment il s’appelle ce film tu sais avec cet acteur qui a aussi joué dans zut cette série sur.. non c’est pas canal,j’ai pas canal ,sur netflix peut être, ah la mémoire.. en fait c’est une actrice américaine , ça me revient, elle est amnésique je crois.. non,pas amnésique , droguée , c’est ça droguée..
Mais le titre du film…

On a aussi parlé d’Hidalgo, Lena a dit c’est générationnel, elle est inorganisée mais sur le fond elle a raison, vous êtes à la traîne, dans 20 ans il n’y aura plus une voiture dans les centre villes..

Est ce que abriter un serpent en son sein, c’est synonyme d’avoir donné naissance à une bobo parisienne?

Puis on a trouvé quelques autres sujets de dispute, mais fatigués, on a usé d’arguments un peu mollassons et on s’est dit qu’il valait mieux rentrer et fourbir tranquillement ses armes pour le lendemain.

Voilà un reportage sur le vif d’un classique Seder parisien de 2019.

La longue traversée du désert des ménagères obligées de ramasser non stop les miettes de matsa chues au sol est prévue pour 8 jours.

A vos aspirateurs!!

Que cette journée signe le repos, le départ, les vacances, la lecture ou le cinéma dans le partage exquis de l’amour et de l’amitié..

Chabbat Chalom
Joyeuses Pâques

Je vous embrasse

Michèle Chabelski

Soutenez Tribune Juive

Tribune Juive a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer d’exister. Un don minime, même de 5€, nous montrera votre adhésion et entraînera notre reconnaissance.

Tagués avec : , , ,
Publié dans culture
Un commentaire pour “Un classique seder parisien. Michèle Chabelski
  1. Julius dit :

    Merci pour cette page d’humour ô combien réaliste. Elle sent la fraîcheur de la menthe et l’énergie de la vie dans un monde souvent triste et sombre. C’est une page d’espoir et d’optimisme face à un futur difficile mais prometteur. Une page comme on aimerait en vivre plus souvent dans la vie quotidienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter

SOUTENEZ TRIBUNE JUIVE

FAITES UN DON et DÉDUISEZ 66% DE VOS IMPOTS

Pour 100 Euros versés à Tribune Juive, vous recevrez une attestation CERFA qui vous permettra de déduire 66 Euros du montant de votre impôt. Ainsi votre don ne vous aura coûté que 34 Euros.