Pourquoi venir honorer les juifs morts, par Gil Taieb

Au moment où j’écris ces quelques mots, je m’apprête à me rendre à la commémoration annuelle de la rafle du Vel’ d’Hiv’.

Comme chaque année, nous allons être quelques centaines à nous retrouver afin de rappeler et d’honorer la mémoire des 13 152 juifs ( 4115 enfants, 5919 femme et 3118 hommes) qui, le 16 et 17 juillet 42 ont été traqués et arrêtés, par la police française sur ordre du gouvernement collaborationniste de Pétain. Ces milliers de juifs, regroupés au Vel’ d’Hiv’ avant d’être conduit vers des camps de la mort. Ces arrestations ont été menées par 7000 policiers et gendarmes français assistés par près de 400 collabos militants du parti républicain français sur ordre du gouvernement de Vichy.

publicitÉ


Rafle du Vel d’Hiv, jardin du souvenir, plaque apposée au n° 8 du boulevard de Grenelle. (source: wikipédia)

Ces journées resteront à tout jamais dans nos mémoires. Elles ont été le symbole de la honte dans une France qui en majorité détournait le regard devant ce spectacle dramatique.

Nous ne pouvons occulter et oublier le courage et l’humanité de ces Justes, qui bravant le danger ont sauvé des vies de juifs voués à une mort certaine.

Ces Justes ont été les lumières qui manquaient dans cette période de ténèbres.

Cette page sombre de l’Histoire de France aurait dû nous préserver de tout retour de la haine antisémite mais force est de constater que les années passant, les leçons ont été oubliées.

Après avoir vu réapparaître le négationnisme nous constatons depuis plus de 10 ans,  que dans la France du XXIe siècle, des juifs sont à nouveau les cibles de la haine antisémite.

Après les insultes et les graffitis, sont venus les agressions et après les agressions sont arrivés les assassinats.

Moins de 70 ans après la Shoah, en France, des juifs sont morts parce qu’ils étaient juifs.

Dans la France du XXIe siècle, les fascistes ont relevé la tête et ils font aujourd’hui, Haine Commune, avec un nouvel antisémitisme habillé aux couleurs de l’antisionisme.

Certains crient mort aux juifs, d’autres morts à Israël et d’autres n’hésitent plus à crier les deux.
À chaque commémoration je me pose la même question:  Pourquoi venir honorer les juifs morts, S’ils ne respectent pas le juif debout et vivant ?

Comment certains ont l’audace de venir pleurer les juifs déportés et assassinés, qui n’avaient pas de terre, et peuvent en même temps déverser leur haine de l’État d’Israël, seul foyer national du peuple juif.

Alors chaque année par respect et au nom de tous les miens, je me rends aux commémorations  et à chaque fois j’ai envie d’hurler : « mais vous ne nous aimez que morts !!! Respectez nous vivants et respectez ce petit coin du monde qui nous est si cher  »

Je suis persuadé que s’il n’y avait pas Israël, Il ne ferait pas bon être juif dans ce XXIe siècle ou les intégristes islamiques appellent au Jihad et agressent des juifs au cri de Ala Akbar.

Il ne ferait pas bon être juif lorsque le fascisme reprend force et vigueur.

Il ne ferait pas bon être juif dans une France dans laquelle des experts ou des juges hésitent à qualifier d’antisémitisme des assassinats tels que celui de Sarah Halimi.

Il ne ferait pas bon d’être juif dans un monde sans un Israël fort et indépendant.

Gil Taieb

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans communauté
Un commentaire pour “Pourquoi venir honorer les juifs morts, par Gil Taieb
  1. David dit :

    Le système judiciaire ou la diplomatie Française durant l occupation : la même q au aujourd’hui ! Avez vous entendu parler de juges résistants ou de diplomates à la Raúl Wallenberg!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter
Tribune Juive, L’histoire continue…