L’illusion d’une communauté juive, par Jacques Tarnero, Eliette Abecassis, Barbara Lefebvre

Le premier procès fait à Georges Bensoussan pour incitation à la haine raciale constituait déjà une première ignominie. Avoir fait asseoir Georges Bensoussan sur le même banc de prévenu que Alain Soral ou Dieudonné ou encore Henri de Lesquen était déjà une première infamie symbolique.

Qu’il fut initié par une association islamiste déguisée en mouvement antiraciste ne pouvait guère surprendre de la part d’un groupe dont la profession de foi consiste à utiliser les moyens de la justice existant dans une démocratie, pour mieux mettre au pas toute expression libre et toute parole critique.

Pourtant certaines associations s’y sont laissées prendre et ce fut une autre et désolante surprise de retrouver parmi les parties plaignantes la Ligue des droits de l’homme, SOS Racisme, et la LICRA. Incapables de comprendre l’enjeu, myopes devant la réalité de l’offensive, voilà que les héritiers des défenseurs du capitaine Dreyfus, de Victor Basch, emboîtaient le pas du fascisme islamiste.

Que ces associations soient tombées dans ce panneau de la « lutte contre l’islamophobie » constituait le deuxième niveau de sottise.

Que l’Etat, en première instance, à travers sa procureur ait alimenté la charge contre Georges Bensoussan à travers une plaidoirie aussi erronée que pédante parachevait la dimension grotesque de ce procès. « Georges Bensoussan a fait un passage à l’acte dans le champ lexical !» devait dénoncer cette docte procureur. N’est pas Roland Barthes qui veut.

Il y eut aussi cette témoin à charge contre Georges Bensoussan déclarant que lorsqu’on dit « espèce de juif » en arabe, ce n’est pas une insulte mais une habitude de langage, sinon une habitude de pensée.

Heureusement le tribunal ne fut pas dupe et en première instance comme en appel, les plaignants furent déboutés de leurs plaintes et Bensoussan a été relaxé.

Cependant l’affaire ne s’arrête pas la. Il y a une autre affaire à l’intérieur de la première et elle est bien plus grave, symboliquement et politiquement plus grave.

Que des islamistes n’aient pas supporté qu’un historien rapporte des vérités gênantes sur les sources de l’antisémitisme dans l’espace arabo musulman, peut se comprendre. Ils sont dans leur rôle. Que certains n’aient rien compris à la stratégie du néo antisémitisme grimée dans les habits de l’antiracisme, peut aussi (difficilement) se comprendre. Pourtant depuis la conférence de Durban en 2001 c’est au nom de l’antiracisme que s’exprime la haine antijuive.

En revanche,  le scandale dans le scandale réside dans l’attitude du Mémorial de la Shoah, employeur de Georges Bensoussan.

Que cette institution centrale au sein des institutions juives, que cette institution symboliquement centrale au sein du judaïsme français et qui s’est donnée pour mission la lutte contre l’antisémitisme, non seulement n’ait pas soutenu Georges Bensoussan au cours des deux procès qu’il a eu à subir, mais, bien pire, lui ait fait reproche de ses propos sur l’antisémitisme arabo islamique, est un scandale bien plus grave que la manœuvre du CCIF.

Aujourd’hui, d’une manière aussi mesquine que médiocre, au prétexte fallacieux d’une retraite qu’il serait poussé à prendre, Georges Bensoussan est écarté de ses fonctions au Mémorial. Des pressions exercées sur le site Akadem, invraisemblables dans un Etat démocratique, ont exigé le 1° juin dernier la censure de la vidéo d’un entretien de Georges Bensoussan avec Antoine Mercier. D’autres pressions ont été exercées ailleurs pour qu’il ne puisse pas s’exprimer. Des calomnies ont été émises à son endroit : « il aurait été content de ces procès par souci de notoriété, il aurait agi pour gagner de l’argent, il serait un sépharade complexé puisqu’il a utilisé un pseudonyme ashkénaze ». Ces propos ont été tenus.

Au sein d’autres institutions, la vérité ne doit pas être connue. Bensoussan n’y est plus persona grata.

Le comportement des dirigeants du Mémorial n’est pas seulement incompréhensible, il est déplorable. Faute d’avoir fait le moindre effort intellectuel pour comprendre l’enjeu des travaux de Georges Bensoussan qui mettait en lumière les sources culturelles du terrorisme qui tué en France  16 personnes de confession juive depuis 2003, pour la seule raison qu’elles étaient juives. Les dirigeants du Mémorial auraient pu ne pas se coucher devant les vents dominants du conformisme intellectuel. Ils auraient pu ne pas s’inscrire dans le déni idéologique de la réalité qui constitue, hélas, la marque du temps présent.

Par conformisme, par inintelligence, un leadership juif croit trouver sa légitimité dans sa position sociale. Bien plus, il croit conforter son statut social par cet ajout symbolique qui prétend lutter contre ce qui nous menace tous, en tant que Juifs et en tant que citoyens français.

Le Mémorial est une institution unique en France et en Europe. Son action est essentielle. La Revue d’histoire de la Shoah est unique en Europe. Elle est l’outil de rappel, d’études, non seulement d’histoire de la destruction des Juifs d’Europe, bien plus elle a élargi le champ de ses travaux aux autres grandes tragédies du siècle passé : le génocide arménien, celui du Rwanda, celui du Cambodge. L’extension du domaine de la recherche sur l’antisémitisme en a fait un pôle d’excellence sur ces questions, hélas si actuelles. Sous le pilotage de Bensoussan elle est devenue LA revue de référence sur ces questions. Il a été signifié à Bensoussan qu’il était désormais déchargé de cette responsabilité.

Le Mémorial est un lieu symbole autant qu’une structure de recherche et d’éducation. Lieu de mémoire, il organise des rituels commémoratifs qui pour être absolument indispensables ne sauraient suffirent. Si le succès de la politique éducative du Mémorial doit être mesuré aux nombres de classes parties visiter les camps d’extermination, ce critère d’évaluation devrait être soumis à la critique et à la réflexion. Penser que l’on fait aujourd’hui, reculer l’antisémitisme dans les territoires perdus de la République, par le seul enseignement de la Shoah constitue une importante erreur de jugement autant qu’un socle éducatif erroné parce que partiel. La caractéristique du nouvel antisémitisme c’est que bien au contraire il s’énonce avec les mots de l’antiracisme et de l’anti fascisme. Bien pire on attribue à Israël des pratiques nazies. Le sigle = est apposé entre la svastika et l’étoile juive. Nous le savons bien, les larmes sur la Shoah accompagnent trop souvent le venin contre le sionisme. Elles constituent au contraire l’alibi de cette haine. Pour reprendre les mots du Président de la République, « l’antisionisme est bien devenu la forme renouvelée de l’antisémitisme ». Le Mémorial doit penser que l’antisémitisme a muté et c’est bien la raison pour laquelle les islamistes ont cherché à faire taire Bensoussan en disqualifiant ses travaux. Il y a bien des objectifs éducatifs et une pédagogie nouvelle qui devraient être recherchés. Couper les têtes de ceux qui justement ont le courage de penser la complexité du temps présent n’est ni digne ni judicieux.

Le Mémorial fonctionne par la subvention que lui verse la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, c’est à dire l’argent des Juifs morts, déportés et assassinés. Cet argent, ce budget, il en est le dépositaire, le gardien soucieux de son meilleur usage.

L’excellence du Mémorial ne saurait se soumettre ni à des intérêts vaniteux, ni à la médiocrité de mesquineries bureaucratiques : il y a mieux à faire aujourd’hui.

Dans le moment présent, sur cette affaire, en congédiant sournoisement Georges Bensoussan, la direction du Mémorial n’a pas seulement fait un contresens intellectuel : elle a commis une faute morale.

Sauf à reconnaître que c’est l’islamisme et le nouvel antisémitisme qui au bout du compte ont réussi à imposer leur agenda. Et qu’ils auraient déjà gagné ?

Ce qui est en jeu c’est l’avenir de cette supposée « communauté juive ».

Elle peut encore se ressaisir.

Jacques Tarnero, Eliette Abecassis, Barbara Lefèvre

Soutenez Tribunejuive.info

Chers amis lecteurs,

Voilà déjà 5 ans que nous sommes là, pour vous donner la meilleure information : culturellement ouverte, politiquement variée, axée sur Israël et la communauté, mais attentive à la politique nationale et internationale. Oui mais, malgré tous nos efforts, malgré notre volonté forcenée de rester avec vous, nous nous essoufflons financièrement, et nous avons besoin de vous pour continuer. Alors si vous voulez nous aider, rien de plus simple : un clic sur "Faire un don", et d'avance MERCI à vous.


Powered by WPNewsman

Tagués avec : , , , , , , , , ,
Publié dans communauté
53 commentaires pour “L’illusion d’une communauté juive, par Jacques Tarnero, Eliette Abecassis, Barbara Lefebvre
  1. Policar Alain dit :

    Le lecteur ne peut, en vous lisant, qu’avoir le sentiment que la direction du Mémorial est atteinte d’un mal mystérieux la conduisant à prendre des décisions insensées. Pour qui a le souci de l’argumentation, il n’aurait pas été superflu de donner les raisons invoquées. Tel qu’il est, votre texte décrit une direction instrumentalisée par l’islamo-gauchisme. Quand on entend Barbara Lefebvre (et non Lefèvre !) énoncer sans vergogne que l’antisémitisme est une opinion et que, dès lors, elle peut être discutée sauf à instaurer une police de la pensée, ou encore trouver des mérites à Charles Maurras ou à Viktor Orban, on se dit que G. Bensoussan aurait pu souhaiter des amis moins encombrants.
    Je m’étonne également que des esprits éclairés, tels les deux autres auteurs de ce texte indigne, aient accepté d’en être les signataires.

  2. Jg dit :

    Heureusement qu il y a des gens dans la communaute Juive comme les 3 signataires de ce commentaire .
    Les Juifs de cour , eux , on les retrouvent posant pour les photographes avec leurs chers amis politiciens ! Ceux qui pleurent les Juifs morts …. et qui crachent sur l etat Juif !

  3. Ingrid Israël-Anderhuber dit :

    Si c’est pour avoir dit des vérités que Georges Bensoussan subit des injustices de la part des hommes, qu’importe le reste ! Qu’il tourne la page et aille de l’avant en restant fidèle à la vérité…

  4. Jacques Petit-jean dit :

    non, non , non ,ce n’est pas le moment de dresser les uns contre les autres…il y a plus grave, la survie d’un peuple élu…

  5. Policar Alain dit :

    Des commentaires à la hauteur du texte qui les inspire : pas la moindre trace d’argumentation ! Bensoussan transformé en parangon de la vérité (laquelle ?) et une allusion au « peuple élu » (lequel ?). Et, enfin, l’idée scandaleuse du lien entre déploration de la Shoah et condamnation d’Israël (doit-on comprendre qu’il convient d’oublier la première pour soutenir le second ?).
    J’espère sincèrement que le lectorat de Tribune juive ne se réduit pas à ce type de lecteurs.

    • André Mamou dit :

      Heureusement vous êtes là !

    • Gilles dit :

      Monsieur Policar, vous n’avez probablement pas vécu en terre d’islam, l’antisemitisme n’y existe pas mais la haine des juifs, le mépris des juifs y sont permanents. L’arrogance des musulmans n’a d’egale que leur fanatisme et leur ignorance. Oui , je suis un lecteur de Tribune Juive, je suis islamophobe, ce qui en français, signifie avoir peur de l’islam . J’ai peur de l’arabie Saoudite, de l’Iran, du Pakistan, de l’Algerie, de l’Afghanistan, je n’y vois rien d’autre que fanatisme, haine et mépris des femmes, cruauté envers les gays, Et ce n’est pas l’angelisme du politiquement correct qui me fera changer d’avis

      • Policar Alain dit :

        Je vois mal le rapport entre votre réponse (qui, sans nul doute, mérite discussion) et l’offense faite à G. Bensoussan. A moins d’imaginer, comme je l’ai déjà évoqué, que la direction du Mémorial est instrumentalisée par l’islamo-gauchisme.
        A lire toutes ces « réponses », on en déduit que la lucidité est l’apanage du seul Bensoussan ! N’est-ce pas quelque peu excessif ?

    • popi soudure dit :

      réponse a Policar Alain ……. la polémique n’ a rien a voir avec la shoa , peuple élu et autres sous entendus que vous citez : en effet la polémique vient que G Bensoussan a  » osé  » dire que le monde islamique , dont les musulmans de fait sont et on etait biberonné a la haine du peuple juif et d’ Israël a cause des écrits du coran et de l’ éducation judéophobe que les parents islamistes inculquent a leurs progénitures , le tout appuyés par des documents et des témoignages comme ceux de Bouhalem Sensal et d’ autres grandes signatures musulmanes ! ceci n’ a pas plus et il a etait désavoué par ses pairs dont l’institue ….. voila grosso modo la polémique ce qui n’ a rien a voir avec vos dire et ecrits …… la prochaine fous renseignez vous avant d’ ecrire des propos plus que limite , vous passerez ainsi pour quelqu’ in de censé et non pas comme  » la mouche du coche  » !

      • Policar Alain dit :

        Cher monsieur,
        Contrairement à vous, je n’écris pas anonymement. Dès lors, me reprocher des sous-entendus (je ne vois d’ailleurs pas lesquels, mes propos sont parfaitement explicites), ne manque pas de sel !
        Votre ton est en outre parfaitement inacceptable. Je ne crois pas qu’il puisse servir la cause (je ne sais pas très bien laquelle ; sans doute l’idée que nul ne conteste qu’il existe de l’antisémitisme chez les musulmans) que vous défendez hargneusement.

        • Policar Alain dit :

          Je réécris mon commentaire, l’oubli de virgules pouvant être de nature à contrarier sa lecture;

          Cher monsieur,
          Contrairement à vous, je n’écris pas anonymement. Dès lors, me reprocher des sous-entendus (je ne vois d’ailleurs pas lesquels, mes propos sont parfaitement explicites), ne manque pas de sel !
          Votre ton est en outre inacceptable. Je ne crois pas qu’il puisse servir la cause (je ne sais pas très bien laquelle ; sans doute l’idée, que nul ne conteste, qu’il existe de l’antisémitisme chez les musulmans) que vous défendez hargneusement.

          • popi soudure dit :

            repose a Alain Policar …… je comprends mieux le pourquoi de votre frustration dans vos réponses et commentaires … c’ est vrai que lorsque on écrit des articles pour Médiapart de ce cher Edwy Plenel on comprend de suite votre militantisme et orientation qui est a l’ opposé total des miennes et je pense des lecteurs ici mème … !donc tournons court a cette discution qui sera stérile et sans intérêt pour moi vu votre profil et je pense pour la plupart des lecteurs ici meme ….. a ce demander ce que vous faite dans un site pro sioniste , judaïsant et a l’ opposé de vis vues militantes et ultra gauchiste ….

    • Jacques Petit-jean dit :

      Bonsoir,
      votre postulat sur les esprits étriqués des lecteurs de TJ est un peu sévère…un commentaire peut exprimer un sentiment , une réaction sans forcément développer une rhétorique argumentée… Mr Bensoussan est un historien qui travaille non pas sur les livres des uns mais sur les archives et sa respectabilité ne doit pas être un sujet de division.
      Quant à l’expression de peuple élu, je ne vois pas ce qui serait choquant et réducteur, savez vous que l’on organise des « celtivales »dans certains lieux de France et que cela n’a rien d’identitaire ou fachosphère.

      Aujourd’hui, tout doit être politiquement correct et vous semblez en être un digne vecteur, je ne dirai plus « je vais jouer au nain jaune » mais « je vais construire d’une façon inductive un espace temps ludique ayant comme support une représentation factice d’un homme de petite taille et de couleur. »
      Je vous remercie d’éclairer nos insuffisances neuroniques et de nous appeler à la mesure alors que je pense que vous n’avez jamais vraiment résidé en banlieue.
      Bien à vous.

  6. Lambert Annie dit :

    Les Juifs de cour ,dont la plupart des administrateurs du Mémorial, ont commis une vilénie morale et une faute intellectuelle en congédiant Georges Bensoussan. Ils se sont déshonorés. Ses travaux d’historien et ses actions pédagogiques, menés pendant des décennies, ont contribué bien davantage à la connaissance implacable des faits historiques et à la lutte contre l’antisémitisme, que tous les discours convenus de ces messieurs.

  7. popi soudure dit :

    il faut reconnaitre qu’ il y a un  » big  » malaise avec la décision du  » mémorial juif de France » d’ avoir abandonné G Bensoussan ! aucun soutien de leur part ! un silence qui en dit long ! c ‘est bien triste qu’ une institution prestigieuse comme celle la d’ avoir failli ! … pourtant G Bensoussan ne disait rien de faux , a croire que toutes les vérités ne sont pas bonnes a dire , surtout dans le contexte actuel ou Israël et le monde juif sont constamment décriés et critiqués sous tout les angles et coutures …..

  8. Lambert Annie dit :

    Exact. Et la justice de notre pays a blanchi Georges Bensoussan deux fois, malgré l’acharnement à le faire taire de groupe qui veulent affaiblir encore davantage la République.

    • Policar Alain dit :

      Je ne savais pas que Tribune juive, que je lisais autrefois, était devenue une sorte de Pravda. Pas un seul commentaire ne répond sur le fond. C’est attristant.
      Mais peut-être a-t-on les lecteurs que l’on mérite ?

  9. GUY SEBAG dit :

    d’Israël je vous écrit ma consternation du comportement des édiles supposer représenter le peuple de Jacob. Au moment de la lecture de la paracha « Korah » ces édiles font la démonstration que ce qui leur importe c’est leur « moi ».
    comme dirait Depardieu « minable »

  10. GUY SEBAG dit :

    pardon « écris »

  11. Sobol dit :

    Que peut-on faire pour peser sur le Mémorial et sa lâcheté morale ?j’ai été un enfant caché,je trouve le travail de Bensoussan absolument remarquable et je suis écœuré par les basses méthodes du Mémorial!

  12. OLIVIER COMTE dit :

    M.Bensoussan est venu après M.Abitbol, qui fit un travail fondateur. Son analyse était évidemment fondée mais sa formulation était maladroite et coupable, comme exprimant un mépris racial violent. On ne peut accuser l’ensemble d’une population d’un délit pénal et d’un crime moral, par une formule indigne.
    Les communautés juives, vous accepterez qu’il n’y a pas une communauté juive, sont soumises, depuis l’élection présidentielle,
    à des assauts idéologiques démagogiques. Ce dernier tir de barrage
    politicien met en cause des hommes et une organisation qui font honneur aux Juifs Français et à la République. Le Mémorial de la Shoah n’est pas le CRIF et ses responsables, à mes yeux non initiés, n’ont jamais recherché la renommée ou l’influence. Les insultes grossières qui entendent les salir sont scandaleuses et ne peuvent salir que l’influence intellectuelle des Juifs Français

    Quand j’étais jeune, chose ancienne, le CDJC, avec la BDIC qui ne publiait pas, était la voix isolée de la vérité contre la voix mensongère de Robert Aron qui, seul, bénéficiait de dérogations de recherches qui lui permettaient de soutenir la thèse du dernier discours de Pétain. La BDIC a changé de nom, c’est la mode, le CDJC est devenu le Mémorial de la Shoah, avec des moyens plus importants, un prestige étendu et une influence indispensable. Ces querelles partisanes, sans raison et sans but, ne pourront que lui nuire. Gilles a parfaitement raison pour la haine contre les juifs dans les pays musulmans mais ce n’est pas la situation française.

    Faire porter la responsabilité des crimes antisémites à l’ensemble de la population Française d’origine maghrébine n’est pas de « l’islamophobie », terme agité de façon aussi stupide par les deux camps, c’est une faute, une faute politique.
    La division n’est pas l’action. L’anathème ne terrasse personne, l’imprécation n’assourdit personne, l’accusation permanente ne sert personne. Nous avons suffisamment de problèmes français qui nous imposent le devoir de lutter contre cet antisionisme permanent qui pourrit notre vie politique, comme, plus modestement, cette intrusion accusatoire de la vertu Israëlienne contre une gauche et une extrême-gauche qui seraient responsables de l’antisémitisme.

    • Policar Alain dit :

      Votre commentaire, monsieur, est une délicieuse récompense. On peut donc être lecteur de Tribune juive et garder le sens de la mesure. Je me croyais totalement seul dans ce qui ressemblait plus à un flot d’invectives qu’à un débat, et vous avez su dire l’essentiel en peu de mots. Un très grand merci et l’expression de ma plus vive sympathie.

  13. Patrick Bloch dit :

    Lettre ouverte a MrEric de Rothschild, President du Memorial de la Shoah

    Mosieur le President,

    Votre position vous implique dans un probleme de gestion de personnel ou les pressions politiciennes, les sentiments personnels ne sont surement pas etrangeres.
    L’eviction de Mr G Bensoussan de ses fonctions au sein du Memorial prend une dimension symbolique et une signification qu’aucun juif, qu’aucun d’entre nous porteur d’une parcelle d’honnetete intellectuelle ne peut admettre et supporter.
    Non seulement l’institution ne s’est pas elevee publiquement contre les proces infames et iniques a l’encontre de G Bensoussan mais encore elle le limoge rejoignant ainsi la cohorte haineuse des antisemites .
    Les donnateurs du Memorial ne peuvent que s’emouvoir d’une telle situation et la denoncer avec la plus grande vigueur. Il y a la un veritable devoiement du role, de la fontion et de la mission de l’institution.
    Devrons nous cesser de donner a cette institution censee lutter contre l’antisemitisme par l’education parce que les responsables ont une fausse idee de leur feuille de route?
    Il vous appartient de remettre de l’ordre dans la boutique et de la ramener vers la mission reelle qui lui a ete confiee, sinon nous n’aurons d’autres choix que de cesser nos donations et d’etre tragiquement les fossoyeurs d’une institution creee pour defendre notre cause toujours injustement attaquee.

  14. Victor dit :

    Effectivement si ce Politicar Alain ecrit chez Plenel l, antijuif et anti israelien , il est completement disqualifie pour venir nous faire la morale …..
    vous degagez ! monsieur et a bon entendeur , salut !

    • Policar Alain dit :

      Je parlais récemment de l’hypothèse que Tribune juive ne soit finalement guère différente de La Pravda. La façon, digne du stalinisme, dont l’anonyme Victor m’invite à « dégager » fait froid dans le dos.
      Bien entendu, je continuerai si nécessaire à plaider pour que la raison se substitue aux passions.
      Je rappelle que mon tout premier message exprimait seulement le souhait que les arguments des dirigeants du Mémorial soient énoncés. Mais tous les commentateurs (à l’heureuse exception d’Olivier Comte) se limitent à les vouer aux gémonies. C’est affligeant.

      • André Mamou dit :

        Vous êtes affligeant !

        • Policar Alain dit :

          Magnifique hauteur de vue ! Votre unique réponse est l’anathème. Vous ignorez à peu près tout de moi, mais votre exclusive préoccupation est que je ne trouble plus votre inquiétante unanimité.
          Rassurez-vous, quand vous aurez cessé de m’insulter, je quitterai ce forum.

          • André Mamou dit :

            Vous dites que nous sommes quasiment des illettrés alors que vous êtes un intellectuel ( de gauche évidemment) et que tout ce que nous écrivons est affligeant ! Moi je vous ai dit que le mot affligeant s’appliquait bien à vous , petit compilateur tellement sûr de vous et puant de prétention !
            Halte au feu ! Retournez à vos hadiths !

            • Policar Alain dit :

              Je vous mets au défi de trouver, dans mes commentaires, une allusion au fait que vous seriez des illettrés. Des fanatiques, ai-je suggéré. Le lien entre illettrisme et fanatisme n’est nullement établi.
              Quant à vos insinuations racistes (« retournez à vos hadiths »), elles devraient, homme pieux que vous devez être, vous faire rougir de honte.
              Je ne sais pas si « petit compilateur » définit correctement mes travaux. mais il ne pourrait évidemment s’appliquer aux vôtres qui sont inexistants.
              Lorsque l’on s’en prend ainsi aux intellectuels (de gauche ou non), le fascisme n’est jamais très éloigné !

              • André Mamou dit :

                On ne fait pas de travaux ! On vous laisse le soin de broder qq phrases pour paraître intelligent!
                Mon ambition depuis la rue St Guillaume a tjrs été d’être un bon reporter, d’être là où ça se passe et de raconter les choses vues. Quand je vois un homme de qualité comme Bensoussan mis à la porte parce que les dirigeants pensaient qu’il serait condamné par la Cour d’Appel et donc qu’il Valait mieux s’en séparer avant … et ensuite « perseverare » pour ne pas assumer leur décision ridicule et fausse en tout cas… alors Tribune Juive le dit et enfonce le clou . Ça ne fait pas plaisir aux gens de votre caste, la gauche perverse et méchante, aveugle et incapable et on se moque de vos ronds de jambe et du mépris à notre égard ! Non je ne suis ni pieux ni religieux mais je n’ai pas la haine de soi comme trop de personnes qui vous entourent !
                Halte au feu !

  15. Rapha Ben Shoshan dit :

    Ce qui coupe le souffle est de voir un historien de haute qualité, dont nul ne nie les capacités, l’intelligence et l’intégrité être mis à la porte en catimini accompagné d’un verbiage accusateur des plus honteux. Un Mémorial qui nage dans la fange de l’indécense est un déshonneur à la mémoire des disparus de la Shoa. Il n’y a aucune respectabilité, qu’elles que soient les circonstances, à limoger ceux qui tiennent le haut du pavé de la pensée libre et de la vérité. Il y va du déshonneur.

  16. Br1spina dit :

    En sommes par son comportement Le Memorial donne raison à l’accusation. Ils ont perdus devant la justice et le Memorial le regrette finalement. A sa maniere le Memorial rectifie le jugement. Cela prouve que toutes les critiques qui lui sont adressées sont justes et qu’il n’a rien compris de ce qu’il se passe actuellement.

    PS: Policar Alain « … Tribune juive que je lisais autrefois… » retournez à vos lectures habituelles SVP. On a pas besoins de vos sentences pour apprendre à penser. Attaquer Barbara Lefebvre parce qu’elle va lire les commentaires qui sont publiés notamment sur Mediapart, sur l’affaire Ramadan et qu’elle y découvre un inquiétant antisémitisme, c’est typiquement dans votre maniere de faire. La traiter de « Charles Maurras » nous fait comprendre que vous etes justement un des Idiots Utiles dont raffolent les antisémites-déguisés-en-antiracistes dont parle Bensoussan et Taguieff, Merci de confirmer leurs analyses.

  17. Jacques Petit-jean dit :

    A l’adresse de Monsieur Policar Alain vexé et qui nous traite de fanatiques.

    A chaque époque de grands bouleversements, des personnes de bonne foi comme vous, comme moi, devraient intégrer une trilogie nécessaire et salutaire:

    .l’analyse historique pour comprendre

    .la conceptualisation pour accepter
    .la réalité pour s’engager

    sauf votre respect, votre parcours personnel semble s’arrêter aux deux premières étapes et par là même vous contribuez à tenir la poignée de porte ouverte aux vrais fanatiques que nous combattons.

    L’engagement, synthèse de la trilogie citée ci-dessus est RESISTANCE! Ce mot vous serait autant étranger pour que vous puissiez nous traiter de fanatiques?
    Bien à vous.
    ps c’est un débat rugueux mais cela reste un seul débat…le fanatisme n’est pas de mise.

    • Policar Alain dit :

      Vous avez absolument raison : tous ceux qui ont participé à ce débat (j’accepte, avec réserve, le terme) ne sont pas des fanatiques. Mais relisez, je vous prie, quelques-unes des réponses qui m’ont été adressées et vous constaterez aisément qu’elles relèvent de l’invective : on me demande de « dégager », de « retourner à mes hadiths », on évoque l’hypothèse de la haine de soi et on me traite de p »petit compilateur ». Aucune de mes interventions n’est discutée. Elles sont, par nature, disqualifiées. L’anti-intellectualisme de certains des contributeurs, notamment A. Mamou, est très préoccupant.
      Lorsqu’on stigmatise les intellectuels, on tourne résolument le dos aux enseignements du judaïsme.
      Dogmatisme (c’est-à-dire ici soumission à une vérité incontestée) aurait sans doute été mieux adapté que « fanatisme ».
      Quoi qu’il en soit, merci de la tonalité de votre message.

    • fautpasnousprendrepourdesschmoks dit :

      Pour mieux comprendre la pensée apparemment complexe de Monsieur Policar, j’ai lu son article publié le 4 juin 2018 dans Mondes Sociaux, intitulé « L’avenir d’Israël. Peuple juif, État juif et démocratie ».
      C’est aussi édifiant que consternant.
      Dans le chapeau de l’article est mentionné «…. l’exceptionnel succès éditorial » du livre de Shlomo Sand, Comment le peuple juif fut inventé…. ».
      Dans l’article, on peut notamment lire :
      « ….le droit à l’existence d’Israël ne résulte d’aucune légitimité….».
      Et aussi : « … cela impliquerait le courage de renoncer à la Loi du retour qui, en posant une affinité élective avec une catégorie d’hommes, constitue une entorse aux principes démocratiques. Cette renonciation, de surcroît, pourrait faciliter celle au droit systématique au retour des réfugiés palestiniens…. ».

      Pour les lecteurs de TJ qui auraient du temps pour une lecture complète de l’article, il est consultable sur https://sms.hypotheses.org/11675.

      A GUITTENN SHABBESS, BON CHABBAT aux lecteurs de TJ, à ISRAEL et à tout le peuple Juif uni.

      • André Mamou dit :

        Bravo ! Vous avez démasqué ce sournois pervers ! Il ne me viendrait pas à l’idée de commenter des articles de Rivarol ou de Mediapart que je ne lis pas. Mais lui veut lire Tribune Juive et nous instiller son poison car il nous prend tous pour des debiles ! Alors que lui est un lettré intelligent et tout et tout ! D’zilleurs Il a lu Sand

      • Lambert Annie dit :

        Merci Jacques Petit-Jean d’avoir fait cette recherche, ce monsieur quelque peu nombrileux (ortho ?) a réussi à détourner l’attention des lecteurs, qui auraient souhaité apporter un soutien constructif à Georges Bensoussan. Nous comprenons mieux maintenant les objectifs de son discours sinueux.
        Shabbat shalom!

      • Policar Alain dit :

        Les méthodes staliniennes de travestissement de la vérité sont donc également les vôtres. Ces citations sont tronquées et transforment totalement l’esprit de mon texte. Vous auriez pu citer ceci :
        « Le problème d’aujourd’hui est sans doute que l’intensité des périls est diversement appréciée. Pour beaucoup, Israël est toujours menacé de destruction. Ceci explique que la mise en question de la pertinence de la désignation par le concept de peuple est souvent vécue comme l’expression d’une négation, celle du droit à l’existence indépendante de cet État, négation qui légitimerait les pires extrémismes : détruire ce qui n’existe pas ne saurait constituer un crime, pas même une violence. Mais n’oublions pas non plus qu’à l’inverse l’affirmation d’une spécificité juive a surtout été le fait des antisémites.
        Ce concept n’a donc d’importance que politique : en l’appliquant à la collectivité juive, il devient possible de légitimer par l’Histoire la création d’un État juif, tandis que sur la seule base de la communauté de foi cette légitimité s’effondre, une confession religieuse n’étant pas un critère admissible pour justifier l’organisation d’une collectivité en État. » Ou encore ceci :
        « L’existence d’un État juif permet de « désamorcer une assignation », car elle offre au Juif diasporique un lieu dans le monde où des Juifs peuvent vivre sans que leur spécification comme juifs n’affecte leur qualité d’individus.  »
        Ou celle-là :
        « Dans la mesure où le droit à l’existence d’Israël ne résulte d’aucune légitimité préalable de quelque nature que ce soit (ni la Bible, ni l’histoire ancienne, ni la Shoah, ni la Déclaration Balfour de 1917, ni le Plan de partage de la Palestine de 1947), seule une transformation de fond en comble de sa définition, de son caractère et de ses pratiques est susceptible de lui fournir une légitimité a posteriori. »
        Vous remarquerez que « préalable » a été malencontreusement « oublié », si bien que le lecteur peut penser qu’à mes yeux Israël n’est pas légitime.
        Une dernière : « Dans une société démocratique pluraliste, l’appartenance nationale ne saurait être réservée aux seuls membres de la culture majoritaire. Elle doit être proposée à tous ceux qui font le choix de la citoyenneté, indépendamment de leurs origines. Ce nationalisme civique est de nature à concilier préservation de l’« ethos national » et attention à la diversité des composantes de la société politique israélienne… Il va sans dire que ceci ne signifie nullement qu’Israël doive cesser d’être un éventuel refuge pour les Juifs persécutés. Une communauté juste ne peut rester insensible à la persécution, et l’histoire et l’identité israéliennes se sont largement construites dans l’attention au désarroi des Juifs de la diaspora. Devenir une « société décente », selon la belle expression d’Avishai Margalit, inspirée de l’écrivain Georges Orwell, exige désormais une semblable attention aux souffrances des Palestiniens. »
        Bravo pour cette honteuse célébration du mensonge à laquelle l’inénarrable Mamou apporte son soutien enthousiaste !

        • André Mamou dit :

          l’inénarrable ? Pourquoi ? Je suis Rédacteur en chef de Tribune Juive créée en 1945 pour défendre la communauté, les valeurs républicaines et soutenir l’Etat juif . Votre désir forcené est de le détruire en y faisant déferler des millions d’arabes pseudo palestiniens tout comme vous voulez détruire la France en la transformant en fille aînée de l’ Islam . C’est votre but secret ou avoué ou alors celui de Plenel et de sa cour de gauchistes, trotskistes qui veulent culbuter la bourgeoisie française en se servant du levier des islamistes à la place des prolétaires qui ne sont plus de votre bord !

          • Policar Alain dit :

            Il y a le normal et le pathologique, pour paraphraser Canguilhem.
            Ce qui est pathologique chez vous est votre apport au réel (celui-ci n’a pas, à vos yeux, d’existence indépendante, il n’est que le produit de votre construction mentale).
            Tentative de démonstration :
            1. Je ne suis pas un adversaire d’Israël, à l’existence duquel je suis fortement attaché
            2. le point 1 n’exclut nullement la critique de la politique de ce pays(dans la mesure où la soutenir nous est instamment demandé), tout particulièrement depuis 1982. Ce point 2 vaut pour tout autre nation : bien que français, je suis très sévère sur la politique menée par ce pays depuis des décennies. Pour tout vous dire, je ne reconnais des mérites qu’à la seule la période 1981-83.
            3. En revanche, l’idée de la transformer en « fille aînée de l’islam » est l’indice de votre pathologie. En d’autres termes, si je ressemblais au portrait à charge que vous tracez de moi, je serais évidemment haïssable. Vous avez besoin d’un adversaire de paille pour en triompher.
            4. Je n’ai strictement aucun rapport avec Plenel et je ne suis ni trotskiste, ni gauchiste. Le point 4 prolonge la conclusion du point 3.
            5. Je ne sais pas bien ce que signifie l’expression, étrangement connotée sexuellement, « culbuter » la bourgeoisie française. Ce que je sais, avec force, est que l’islamisme est à l’exact opposé de mes convictions politico-morales.
            6. D’une façon générale, les « réponses » qui me sont apportées inventent un personnage imaginaire pour le haïr en toute quiétude.
            7. Si vous étiez réellement républicain, vous souhaiteriez qu’Israël le devienne. La laïcité républicaine est, en théorie, la meilleure école de tolérance. Israël ne me semble guère un modèle de tolérance. J’exprime ici un regret en même temps qu’une préoccupation fondamentale pour sa survie. Je ne crois en effet nullement à l’hostilité définitive, quasiment naturelle à vous lire, des Arabes à l’égard des Juifs.
            Enfin, je ne suis pas un lecteur de TJ (vous m’avez démasqué !) : je me suis retrouvé à vous lire parce qu’ailleurs m’avait été signalé l’article à l’origine de notre affrontement. Celui-ci ne fait que reproduire la controverse entre le texte du Parisien sur le « nouvel antisémitisme » et la réponse apportée par certains, dont je suis, dans Le Monde. Ce dernier journal avait accueilli également le texte que j’avais signé avec Emmanuel Debono pour alerter sur l’antisémitisme à l’Université.
            Peut-être finirez-vous par comprendre que je suis très différent de ce que vous faites semblant de croire. Pour y parvenir, il faut accorder de la valeur au débat argumentatif. Ce n’est pas, semble-t-il, votre souci premier.

            • André Mamou dit :

              Vous êtes un adversaire de l’ État d’Israël et vous devriez vous en rendre compte. Antisioniste = antijuif , tout le monde le sait ! Être contre la politique de l’ État d’Israel sauf pour la période 81-83 est risible, ridicule et montre bien votre vaine tentative de jouer à l’intello impartial pour ne pas dévoiler votre prétention et votre stupidité ! On arrête là ! Faites vous examiner ou alors réfléchissez : vous êtes un intello !
              O

              • Policar Alain dit :

                Vous ne savez pas lire ! 1981-83, c’est à propos de la France !
                Décidément, vous êtes incapable d’argumenter. La conclusion s’impose : vous êtes un imbécile redoutable car fascisant (« vous êtes un intello, faites-vous soigner ») ou, au mieux, infantile (la méfiance à l’égard des « intellos » que l’on retrouve dans les cours d’école).
                Et vous êtes rédacteur en chef de TJ !!!

                • Policar Alain dit :

                  J’ai lu trop vite : « intello » n’était pas une incitation au soin mais à la réflexion. Pardon pour cette interprétation due à la colère.
                  Reste l’accusation de stupidité que je vous retourne, faute d’un interlocuteur digne de ce nom.
                  A l’époque de Staline, nulle critique de l’URSS n’était admise. Nous en sommes toujours là : critiquer la politique menée par Israël, c’est être anti-israélien. Votre monde est manichéen : nous n’habitons décidément pas le même !

  18. Je tombe par hasard sur votre site. J’ai une grande admiration pour les juifs, qu’ils soient sépharades ou ashkenases, et je suis peinée et abassourdie par ces commentaires stériles et belliqueux et pas du tout à la hauteur de vos intelligences. M. Mamou, argumentez plus sereinement, le débat n’en sera que plus intéressant. Je vais essayer de me documenter ailleurs pour mieux vous comprendre tous.

  19. OLIVIER COMTE dit :

    Il fait trop chaud pour que je mette ma calotte de vieux sage, mais, sage ou déraisonnable, je regrette vivement que deux personnes honorables et deux antifascistes, André Mamou et Alain Policar, s’opposent avec une telle violence. Cela m’a obligé à utiliser les ressources de l’Université du Québec pour trouver les travaux d’AP, réveillant ainsi ma vieille hostilité contre la sociologie. Je ne dirai rien à M. Mamou, par crainte d’être grondé, mais je dis, calmement à M. Policar que le maréchal Staline acceptait volontiers la critique constructive. A la conférence fédérale de 1950 du PCF (Seine), délégué comme jeune adhérent, j’avais proposé une résolution, adressée au camarade Staline, afin qu’il accepte que la direction du mouvement communiste international soit remise à la République Démocratique Allemande, seule héritière des traditions prolétariennes révolutionnaires. On me répondit, fermement, que ce projet de résolution n’avait pas été approuvé par ma section et ne figurait pas dans le projet de résolution fédérale. Le maréchal Staline n’a rien fait contre moi et M. Policar exagère donc, dans son zèle Orwellien.

    Vous avez dû apprendre que la philosophie, comme sujet de baccalauréat, montrait une enflure démesurée: la vérité, le désir, la culture, l’art, la liberté et » ce qui est juste », sujets bien ambitieux! La philosophie devrait enfin comprendre qu’elle n’est qu’un exercice intellectuel et que sa forme publique sert la vanité privée plus que la raison collective. Comme sujet scolaire, son but devrait être de favoriser l’expression écrite de la langue française et le raisonnement, choses menacées par la pensée raccourcie et l’effet de meute des réseaux sociaux. Les sujets devraient retrouver la modestie: »l’argent est-il la seule valeur de mesure de tout et de tous? » « la culture des apparences est-elle une apparence de culture? » « voterez-vous pour M. Macron dans quatre ans, si la France existe toujours? » Des choses simples, comme ça.

  20. AYIN BEOTHY dit :

    Olivier Comte et Alain Policar, deux personnes à éviter autant que possible quand on n’a pas de temps à perdre à explorer des labyrinthes stériles…

    • André Mamou dit :

      Pas d’accord ! Les cas doivent être disjoints ! Olivier Comte est franc du collier et nulle sournoiserie ne se dissimule dans ses phrases.

      • Jacques Petit-jean dit :

        Juste une petite réserve, les commentaires de Olivier Comte, moi-même, j’ai beaucoup de mal à en appréhender la finalité et parfois je les trouve à double tranchant, ce n’est qu’un modeste commentaire pour la suite…il y a des dangers là où on veut bien les voir ou ne pas les voir…lisons entre les lignes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by WPNewsman

SOUTENEZ TRIBUNEJUIVE.INFO