M, un film insoutenable sur la sexualité des ultra-orthodoxes, par Alain Chouffan

Incroyable ce documentaire !

On en sort bouleversé, sonné, choqué, étonné, chaviré… Ce n est pas tous les jours qu on peut voir un film sur la sexualité des ultras-orthodoxes, celle de la communauté hassidique. Ce film est la trajectoire de M, comme Menahem Lang qui raconte – et joue – sa propre vie. Il fut dans son enfance victime de prédations sexuelles, oui de viols, au sein d’une des plus grandes communautés ultra orthodoxes au monde, celle de Bnei Brak, à Tel Aviv.

publicitÉ


On le découvre quand il a 35 ans, avec sa douleur à fleur de peau, ses yeux bleus. Après s être enfui à 20 ans de ce monde ou il est né, après avoir dénoncé à la télévision israélienne les exactions dont il y fut l objet, après avoir subi des menaces, après avoir rompu avec ses parents, il retourne avec la réalisatrice du film, Yolande Zauberman. Et là il retrouve ses agresseurs, plutôt ils sont dénoncés. On découvre ainsi que les pratiques dont fut victime Menahem sont à la fois répandues et tenues de longue date sous le boisseau, secrètes

On pourrait penser au film sur le célibat des prêtres, mais non, dans ce film, ce sont des hommes mariés, des pères de famille qui sont mis en cause, laissant penser que cette pratique est généralisée dans cette communauté. On est profondément touché par tant de révélations. C est un tournage de nuit et violemment éclairé sur les personnages ce qui accroît l’angoisse qui nous saisit. Le quartier est filmé en partie clandestinement, dans l ´obscurité des cimetières, où dans la ferveur des oratoires. Les dialogues sont en yiddish. La tension est forte.

Les confessions ahurissantes qu’enregistre la réalisatrice sont insupportables à écouter. Les gens se confient à visage découvert, dans cette pénombre angoissante, et qui révèle un monde parallèle où souffrent ceux que l on refuse de voir. Et on finit par s’attacher à Menahem, à saluer son courage d’affronter ses agresseurs.

On ne sait pas avec lui sur quel pied danser quand il se confie sur son penchant pour les transsexuels, filmé dans une décapotable aux côtés d une prostituée. On le sens à l aise finalement dans ce milieu ultra religieux, heureux d avoir dégagé de son esprit toutes les souffrances qu il a subies. Un mois après la sortie du film de Francois Ozon, « Grâce à Dieu », ce documentaire époustouflant s’attaque à la pédophilie dans le milieu religieux. Mais avec quelle virulence insoutenable !

Alain Chouffan

Tagués avec : , , , , , , ,
Publié dans cinéma
8 commentaires pour “M, un film insoutenable sur la sexualité des ultra-orthodoxes, par Alain Chouffan
  1. Meir dit :

    On continue la visite de la buanderie. Bientôt on va nous parler d’homosexualité des mouches en Israel.
    Ce qui est surprenant , c’est dans le monde pourri du cinéma où ce genre de choses abominables sont monnaie courante, on en fait des films sûrement pour se dédouaner. C’est horrible.

  2. Tom dit :

    Il n’y a pas qu’à Tel Aviv ! On a la même chose à New York, Londres, Baltimore….

    Voir le commentaire de Lino ici :
    https://wordpress.com/comment/effondrements.wordpress.com/17833

    Que dit le chanteur Menahem Lang, cet homme qui a été abusé enfant par des membres de la communauté juive ultra-orthodoxe de Tel Aviv « qu’il ne sait plus ce qu’est l’amour avec une femme et ne se confie qu’à son amie, élue « Miss Trans ». Une preuve de plus qu’on ne nait pas homosexuel ou transsexuel mais qu’on le devient à cause d’expériences avant l’adolescence. Le cerveau est ainsi marqué à vie.

  3. Lilian P. dit :

    Merci, Tom. Le deuxième lien marche très bien. Du courage, il en faut.

  4. Tom dit :

    Yotam étudie dans une école juive ultra-orthodoxe. Confondu par le réveil de sa sexualité, il se confie à son rabbin qui en profite pour l’abuser. Le jeune garçon se retrouve pris au piège, personne à qui faire confiance et nulle part où aller…
    https://www.youtube.com/watch?v=nJPWkbaCmVU

    Bien entendu, on retrouve ces problèmes de pédophilie dans toutes les religions. Que l’imam ou le rabbin soit marié ou pas. Il n’y a pas que parmi des religieux faisant vœux de chasteté (comme chez les catholiques)…

  5. Lilian P. dit :

    Vous avez raison, Tom.
    Ne pas crier au scandale immédiatement. Et pas de victimisation: nous les Juifs, nous les Israéliens… Voir l’interview de la réalisatrice Yolande Zauberman. Et le film. Toute communauté – religieuse ou pas – vivant enfermée sur/entre soi ouvre la porte à des problèmes de pédophilie.

  6. Carlos dit :

    Mais cette pédophilie, on la retrouve mise en avant par des ministres françaises telles que Myriam El Khomri, Roselyne Bachelot et Marlène Schiappa.
    https://www.youtube.com/watch?v=lr4UXEJ3en8

    Extrait de la pièce de théâtre ‘Les Monologues du vagin’ d’Eve Ensler qui décrit, entre autre, une jeune fille de treize ans qui se fait initier au plaisir sexuel par une femme adulte.

    « Elle m’explique bien tout pour que j’aie jamais besoin des mecs…. »

    Ou comment une fille de 13 ans va devenir lesbienne.

    https://www.dailymotion.com/video/x74s0nf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter