Les destinées d’Asher

Présenté cette semaine au dernier Festival du Cinéma Israélien de Paris, LES DESTINÉES D’ASHER est un film à la fois poignant et cérébral, surprenant et réaliste ; paradoxalement dramatique et optimiste.

publicitÉ


Inspiré par la propre expérience et le vécu de son auteur, lui-même ancien professeur de littérature, ce premier film nous propose une véritable immersion au sein d’un classe de lycéens de Terminale dans un établissement de la banlieue de Tel-Aviv. Une classe ‘’un peu particulière…’’ où l’on devine le mal-être de quelques élèves à la marge, parfois en grande difficultés, mi cas-sociaux mi-rebelles ; voire les deux à la fois…

Parmi eux : Asher… Un jeune élève débrouillard, impulsif mais bonne pâte, élevé par un père divorcé assez autoritaire et pas très porté sur l’importance des études dans la ‘’vraie vie’’. Pourtant, au contact de son jeune professeur de littérature, Asher manifeste progressivement un intérêt au discours de l’enseignant, pédagogue et sensible, généreux et tellement bienveillant – dissimulant lui aussi quelques cicatrices intimes et fêlures indélébiles… Entre l’élève et le professeur, se développe alors une relation affective mêlée de respect, d’adversité, de révolte, de sourde colère parfois et d’espoir manifeste ; avec comme fil conducteur, l’apprentissage de la liberté et l’affranchissement à sa condition sociale, familiale voire à sa prédestinée.

bande annonce allocine.fr

On pense parfois à une déclinaison, certes plus artisanale du ‘‘Cercle des poètes disparus’’ (1990) ou à ‘’Entre les murs’’ de Laurent Cantet (Palme d’Or Cannes 2008).

Grace à une approche humble et spontanée, sincère et altruiste, le cinéaste, avec la complicité de son interprète principal, (Asher Lax, charismatique et très attachant), nous interpelle, nous fait réfléchir sans idéaliser son propos. Evitant les facilités scénaristiques, les digressions ou clichés attendus, son récit nous projette dans un milieu complexe et brutal, sans concessions ni compromis mais où la poésie et la beauté des textes parvient au hasard d’une rencontre à révéler celle de l’âme… Ce n’est pas la moindre des qualités de ce beau film, tendre et violent comme la jeunesse.

Laurent Gahnassia

Réalisé par Matan Yair.                                                                                                                                                       Avec Asher Lax, Ami Smolartchik, Jacob Cohen, Keren Berger…

Sortie en salles le 28 mars 2018

Tagués avec : , , , , ,
Publié dans cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter