Passeport israélien : j’ai testé la discrimination à l’aéroport de Paris Orly

J’ai reçu de nombreux témoignages de touristes israéliens se plaignant d’avoir été victimes de discrimination par les agents de sécurité des aéroports de Paris. J’ai voulu vérifier par moi-même. Je n’ai pas été déçu du voyage…aeroport_paris_orly

Aéroport de Paris Orly. J’arrive à la sécurité. Je regarde de très loin le flot des passagers et j’observe : les gens présentent leurs passeport et carte d’embarquement et l’agent de sécurité les fait entrer dans la zone de contrôle des bagages. Tous.

Une cinquantaine de personnes sont passées. Je me dis que c’est le moment de commencer mon test. Je sors mon passeport israélien.

publicitÉ


L’agent porte une barbe, courte, il a un fort accent arabe. A l’instant où il voit mon passeport, il le prend, et s’en va. Un autre agent me demande de me mettre sur le côté pour laisser les autres passer — parce que les autres ne sont pas arrêtés.

Même si cela correspond aux témoignages qui m’ont été rapportés, où les agents d’Aéroport de Paris, dès qu’ils voient un passeport israélien, isolent leurs porteurs, je veux leur donner le bénéfice du doute. Je veux penser qu’il s’agit d’une coïncidence, et que cela n’a rien à voir avec mon passeport israélien, même si je suis la seule personne ainsi contrôlée.

L’agent qui a pris mon passeport s’installe à une table et recopie sur une feuille de papier les informations de mon passeport. Je ne suis pas sûr que ce soit très légal. Il est maintenant en possession de mon nom, de mon numéro de passeport et de mon adresse personnelle. Ce détail est plus que louche. Là, je commence à décocher la case coïncidence.

Je me dis que soit la direction d’Aéroport de Paris n’est pas en charge des procédures, qui sont décidées par des gens qui n’aiment pas beaucoup les Israéliens, soit qu’Aéroport de Paris ne sait pas ce qu’il se passe dans ses murs. Ou qu’il s’en désintéresse.

Je me dis que si cet agent barbu à l’accent arabe peut librement noter le nom et l’adresse d’un Israélien sur un bout de papier, c’est qu’il sait qu’il ne risque aucune sanction.

Je me dis que ceux à qui il remet chaque jour des noms et adresses d’Israéliens dont il constitue la liste ne doivent pas la conserver pour leur envoyer des roses par Interflora.

Je me dis que les réseaux islamistes sont bien organisés, aux aéroports de Paris.

Au bout de quelques minutes, l’agent revient et me demande de le suivre. Il a toujours mon passeport en main.

Il m’emmène vers un collègue, lui fait un signe. L’autre a compris. Il me fait retirer mes chaussures — je suis le seul passager à qui l’on demande de retirer ses chaussures. Il passe mes bagages dans la machine à rayon, je passe sous le portique, qui ne sonne pas, mais pourtant, un autre agent m’attend et me fait une fouille archi-complète. Puis il applique un tampon sur mes vêtements, mes mains, ma taille, et le place dans un appareil.

Au bout de quelques instants, comme évidemment rien n’a bipé, il m’envoie vers un autre agent…

Celui-ci commence la fouille totale de mes bagages. J’ai déjà eu une fouille totale de mes bagages. Jamais à ce point. Il ouvre mon ordinateur, le badigeonne avec le même tampon qui a été utilisé sur moi précédemment. Il ouvre mon sac, ouvre chaque pochette, sort tout le contenu, le vérifie, le remet.

L’appareil où le tampon a été apporté ne bipe toujours pas, évidemment.

Puis il s’attaque à ma valise…

Il sort tout, regarde tout, soulève tout, inspecte tout, ouvre tout, et passe son tampon partout, qu’il envoie vers la machine, qui ne bipe toujours pas.

La comédie dure bien 15 minutes.

Pendant ce temps, trois passagers me rejoignent dans cette zone. Ils parlent hébreu avec un accent russe. Ils commencent à subir le même traitement. Nous sommes quatre dans cette zone où l’on contrôle le contenu des bagages. Quatre Israéliens. Ce n’est plus une coïncidence. Pendant tout le temps que durera la fouille, aucun autre passager que ces trois Israéliens et moi-même ne sera contrôlé.

Je peux témoigner.

La discrimination raciale et antisémite à l’aéroport de Paris Orly n’est pas un mythe, je l’ai vécue. Elle n’est pas nouvelle, j’ai reçu de nombreux témoignages de personnes qui ont subi le même traitement quand ils ont présenté leur passeport israélien.

Je n’ai pas été surpris que l’agent qui m’a isolé des autres passagers en voyant mon passeport israélien soit barbu à l’accent arabe, c’est là encore conforme aux témoignages que j’ai reçus.

Je me dis que si les associations antiracistes étaient vraiment des associations antiracistes, si elles étaient vraiment révoltées contre les contrôles au faciès, elles seraient révoltées contre tous les contrôles arbitraires, et pas seulement ceux des minorités visibles.

Je me dis qu’il existe un quart de chance sur un trillion qu’une association antiraciste enquête contre des musulmans dans une histoire de discrimination contre des touristes israéliens.

Je suis dans la salle d’attente. Je vais bientôt embarquer. Je n’ai pas été victime de discrimination à l’aéroport de Zurich, de Londres, de New York, de Milan, de Los Angeles, ni de Genève.

Je me dis que la France n’est plus le pays des droits de l’homme.

Je me dis que tout le monde s’en fout, en France. Je me dis pauvre France.

Je me dis que j’ai quitté la France voilà de nombreuses années parce que j’ai un appétit de liberté qu’elle n’offre pas à ces citoyens. Je me dis que je ne me suis pas trompé.

Je me dis que je suis bien content de retourner chez moi à Los Angeles, retrouver la vraie liberté.

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Tagués avec : , , ,
Publié dans antisémitisme
22 commentaires pour “Passeport israélien : j’ai testé la discrimination à l’aéroport de Paris Orly
  1. julius dit :

    Cela ne m’étonne absolument pas. Il y a sans aucun doute de la discrimination raciale et politique dans ce que vous relatez mais aussi beaucoup d’incompétence professionnelle et d’inorganisation inquiétantes dans le contexte actuel d’insécurité liée au terrorisme.

    Je profite de l’occasion pour apporter mon témoignage personnel.
    Orly-Sud, le 9 septembre 2016, vol Transavia TO 1282 de 6h10 à destination de Burgas.
    Je poireaute depuis 4h45 dans la fille d’attente pour le contrôle de police où seuls 2 fonctionnaires sont en activité à compter de 5h, dont l’un qui traite un voyageur pendant que son collègue en traite cinq ou six, sans que cela n’interpelle aucun responsable. Le portique de contrôle automatique des passeports biométriques est en dérangement, ce qui en soi n’est guère étonnant chez nous.
    Arrivé au contrôle des bagages, l’agente (privée) en poste à l’écran sélectionne des bagages sur des critères connus d’elle seule et qui pour moi (je sais de quoi je parle),sont complètement aberrants. Mon bagage a été sélectionné pour le contrôle en raison « d’une masse sombre » consistant en 2 (deux, vous rendez-vous compte ?) appareils photos contenus dans un sachet plastique. Sans la morgue et l’agressivité de la contrôleuse (une grande blonde à l’accent étranger) je me serais tu et aurais mis l’affaire sur le compte d’une bonne dose d’incompétence professionnelle, ce qui en France n’est jamais rédhibitoire. Mais devant l’attitude méprisante de cette personne moralisatrice (« cela me servirait de leçon pour la prochaine fois ») j’ai exprimé vertement mon mécontentement en faisant valoir le manque de professionnalisme et d’encadrement de cette équipe de bras cassés. D’autres passagers, retardés aussi pour des motifs aussi futiles en ont fait de même. Pendant tout le temps qu’ont duré ces contrôles inefficaces des dizaines de passagers voilés et non voilés sont passés sans encombre. J’ai fait remarquer à cette personne qu’elle perdait son temps et son énergie dans des contrôles non ciblés et que si elle continuait comme cela elle n’obtiendrait jamais aucun résultat. Je me suis même proposé pour leur donner des cours de ciblage ! Aucun des agents et supérieurs présents sur place n’a pipé mot. Pour la petite histoire, au retour, au contrôle des bagages à l’embarquement à Burgas, la même configuration (2 appareils photo dans un sachet plastique)n’a posé aucun problème aux agents de contrôle, ce qui m’a fait dire « qu’ils étaient moins c… qu’à Orly. »

    Cette histoire n’est qu’anecdotique par rapport au contrôle au faciès que vous avez subi, mais elle en dit long sur l’efficacité des contrôles à Orly. Il n’y a là rien qui puisse rassurer les passagers dans cette période d’état d’urgence prorogé.

    • cohen dit :

      Avez vous réagit, au moins par la suite ? sinon à quoi servirait votre test, à savoir ce qu’on sait déja ? faut faire bouger les choses !

  2. eliezer dit :

    escuse mon ami tu es un idio car la moindre des chose au vue de ce que tu dis tu aurait du appeller les servive des frontieres de chez nous le vitarone ou la police francaise comment toi journaliste a tu peux laisser faire cela au risque de voir ces gens commettre des actes avec les noms …..

  3. NO COMMENT dit :

    A ce point ???!!!

  4. GUIBORAT dit :

    Je ne prends jamais l’avion, aussi vais-je paraître naïf : pourquoi ne pas signaler le phénomène, par écrit, aux responsables d’Orly ?
    Jusqu’à leur proposer d’assister à ce genre de « pratiques » en organisant un voyage avec plusieurs amis de manière à piéger ses racistes et les faire virer.
    Relever les noms et les adresses représente, pour moi, un danger évident.
    Je ne laisserai pas passer l’affaire.

    • ingrid Israël-Anderhuber dit :

      C’est le même conseil que je donnerai, et même alerter les médias pour qu’ils éventent l’affaire, et envoyer quelques mails aux ministères français concernés…

  5. pourquoi ne pas alerter la direction avant de sortir de l’aéroport. Il est certainement possible de porter plainte.

  6. André dit :

    Primo, ça fait maintenant longtemps que les aéroports de Paris sont infestés de maghrébins islamisés (pas vraiment des arabes en fait).

    Deuxio, il ne faut pas se laisser faire car ce qu’a fait cet agent islamisé est parfaitement illégal ! En France seul un officier de police judiciaire peut vraiment contrôler votre identité. Demandez à voir la police et là je vous assure que c’est ce connard à barbe qui risque d’avoir des ennuis si la police s’aperçoit qu’il a recopié votre passeport sur une feuille !

    Tercio, pourquoi les israéliens se laissent faire comme ça par ces maghrébins islamisés de merde ? La France n’est pas une dictature et avec un bon coup de gueule cette racaille mahométane baisse vite la tête, croyez-moi.

  7. Du chesne dit :

    Pourquoi témoigner sur FB et non auprès d’un agent de police. Votre histoire est louche. Cà ressemble beaucoup au reportage fait en France par un juif américain qui prétendait être harcelé pendant quil marchait dans paris alors que tout le monde l’a ignore malgré le port de sa kippa et une démarche très arrogante. Cà s’appelle de la manipulation. Ulcan se vante de jeter le trouble dans la société pour aiguiser les haines et jouer les victimes d’antisémitisme. C’est pathétique.

    • Cartez dit :

      Mon mari a un passeport français. il a 79 ans clair de peau et des yeux vert clair cerclés bizarrement de blanc. A l’aéroport de tel avis le 27 octobre on l’a interpellé de la file d’attente pour lui faire passer une radio des yeux. Sans aucune explication ni commentaire. Il se pose encore aujourd’hui la question. POURQUOI ? On a fouillé et garde sa valise Arrive à Roissy on lui fait savoir qu’il la recevra plus tard. Sans autre explication On lui a volé tout plein de choses qu’il avait rapporté Valise reçue 8 jours après. Une honte Écœurée. Comme je l’écris souvent à la fin de mes commentaires …..je hais les humains

      • André dit :

        Il est vrai que la situation en la France et Israël est très comparable… De plus, ce sont des israéliens qui tirent à la Kalachnikov dans les rues de Paris, n’est-ce pas ?

  8. Quéniart dit :

    c’est du n’importe quoi ce pseudo reportage,il est de même acabit fait il y a plusieurs années par 1 sioniste journaliste de basse extraction,les français se fichent pas mal des israéliens qu’ils considèrent comme des gens comme les autres a partir du moment,qu’ils ne crient pas leur racisme a tout bout de champ,il y a pas mal de mythos dans la profession journalistique sioniste,les gens de ben gurion sont plus racistes que les français,et,là ça se vérifie tout les jours

    • André dit :

      Je l’ai vu à Orly il y a quelques années déjà avec deux « agents » femmes qui fouillaient les sacs à mains des femmes en se parlant en arabe entre elles. Jusqu’au moment où l’une a fait un scandale et elles se sont arrêtés… Vu ?

    • André dit :

      Retourne chez ton guignol Soral, il a besoin de ton argent pour ses vacances de skis qui approchent.

    • Peux tu prouver le contraire
      Plusieurs personnes ont témoigner du même phénomène

      Quand on pense que cette vermine travaille fs un aéroport il y a du souci à se faire. Tout barbu arabe est susceptible de se transformer en bonne humaine. Il feraient mieux d aller balayer les rues ça leur va si bien

  9. lucid dit :

    Les données recopiées volées pourraient servir à donner de faux papiers pour d’autres, où à localiser des personnes pour leur nuire, il faut porter plainte.
    effectivement il y eu des humiliations ( à propos du linge dit « sale »)et des mises à l’écart jusqu’à ce qu’on fournisse des papiers incongrus, comme une carte grise dans un aéroport.

    Il peut il y avoir des agents traitres islamistes même à l’insu de l’administration, certains ont déjà été démasqués

  10. David dit :

    Retrouver la liberte chez moi a los angeles… Tellement triste!!!

  11. carcassonne dit :

    Pour m’être rendu plusieurs fois en Israel, je n’ai pas eu de problème à l’aéroport. Pour répondre au message plus haut, de Quéniart, je n’ai pas senti ni vu, de raçisme en Israel. Il n’y a que le mouvement « la paix maintenant » qui sont des gauchos notoires, et au lieu de défendre leurs frères et le pays où ils sont nourris, protégés, ils encouragent les voyous antisémites comme eux, les palestiniens, qui empoisonnent le pays et tuent gratuitement les civils israéliens. Je crois savoir qu’il y a à la Knesset des parlementaires arabes israéliens, je pense que vous êtes de mauvaise foi, quant vous traitez les israéliens de racistes. Ce pays, ISRAEL, n’a besoin de recevoir de leçon, en matière de démocratie, il est exemplaire, beaucoup de pays non démocratiques devraient s’en inspirer.

  12. Dan dit :

    Les agents de sûreté ne contrôlent pas les passeports.
    Tribune juive relaie les fake news de Dreuz maintenant ? Quand cessera t-on de se complaire dans les « infos » anxiogènes ?

  13. julius dit :

    Je voudrais attirer l’attention sur ce qui se passe à l’aéroport de Monastir (Tunisie) au comptoir d’embarquement de la Compagnie Nouvelair (filiale de Tunisair).
    Vendredi 16 juin 2018, embarquement du vol BJ 524 à destination de Lille-Lesquin. Tout semble se passer normalement, les formalités sont assez rapides. Arrive un couple encore muni de ses bracelets délivrés par l’hôtel et valables pour la durée du séjour. L’homme présente les cartes d’identité. L’employé demande la fiche de police délivrée lors de l’arrivée dans le pays. Y figurent, outre les éléments d’identification, l’adresse en Tunisie pendant le séjour : Palace Steigenberger à Hammamet, dont le propriétaire, résident de Djerba, posséderait une douzaine de palaces de par le monde. C’est alors que les choses se gâtent : l’employé affirme que le billet a été réglé 2 jours auparavant alors que le couple affirme avoir réglé la totalité à son agence 35 jours avant le départ. L’employé affirme alors que le transport des bagages n’est pas compris dans le prix du billet et exige le paiement d’un excédent bagages de 145 euros. Le couple refuse en faisant valoir que l’enregistrement du vol aller n’avait posé aucun problème. Palabres, arrivée des »chefs ». Les bagages, munis de leurs étiquettes d’embarquement, sont retirés du tapis roulant. L’homme décide d’attendre le règlement de l’affaire pendant que la femme rejoint la salle d’embarquement. Re-palabres. A un moment donné, le « chef » du comptoir, le seul homme en uniforme, pris d’une folie soudaine, déchire ostensiblement la carte d’embarquement de l’homme en levant ses bras au-dessus de sa tête et en se tournant vers les passagers dans les 3 files d’attente. Il court ensuite vers les bagages du couple qui avaient été placés en stand by le long du tapis roulant, arrache les étiquettes de transport et les déchire. Tout cela devant les passagers médusés. L’affaire se terminera par le paiement en numéraire des 145 euros rackettés par la compagnie et pour lequel un reçu aurait été délivré. Le couple est bien décidé à déposer une plainte en France.
    Cette affaire, arrivée en Tunisie, possède bien des similitudes avec le comportement des employés de l’aéroport d’Orly : ciblage des passagers à racketter ou à harceler, haine affichée d’une certaine catégorie de passagers. Moralité : la Tunisie en général et la compgnie Nouvelair en particulier, sont des destinations à éviter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tribune Juive, L’histoire continue…