La tournée des yéyé et le Tartuffe joueur de pipeau, par Sarah Cattan

On croirait la tournée des yéyé. Là c’est le fan club de Tariq Ramadan qui partirait en tournée de promotion, nous assure notre confrère Marianne dans ce titre plein d’humour choisi par Jack Dion.

C’est que Mediapart vient de monter au créneau pour sauver ce qu’il resterait à sauver du soldat Ramadan. Et ça a l’air de l’amuser autant que moi, Jack : Mediapart. Le roi des Tribunes avec signataires.

En principe t’as zéro surprise. Allons y voir : toute la bande assurément est là. Nabil Ennasri, qui s’est fendu d’un clip, il est peut-être là quand même.

publicitÉ


Alors… T’as plein de professeurs et professeures émérites. L’Université de Princeton est représentée : ouf. Des sociologues et philosophes. Pléthore de militantes féministes. Voire féministes antiracistes. Des journalistes Gresh l’antisioniste compulsif Des profs Des metteures en scène. La directrice des éditions Don Quichotte. Ah ! Ou plutôt  ouf : il est là, François Burgat, notre politologue. Un professeur en théorie politique. Un autre d’Oxford LOL

Tiens ! Y a Marwan Muhammad. Une militante altermondialiste. Encore Oxford. Une auteure et chercheuse en religion comparative. Ah le voilà Nabil Ennasri, Docteur s’il vous plaît. Spécialiste en Qaradawi. Houria Bouteldja of course. Après t’as un diplomate Des footballeurs professionnels Une liste à la Prévert quoi. La mamma d’Aznavour Ils sont venus Ils sont tous là Tous les grands professionnels de la propagande

Et ils veulent quoi? Ils veulent une justice impartiale et égalitaire. Et pour ce faire, ils dénoncent au passage les instrumentalisations dans la lutte contre les violences faites aux femmes et entendent intervenir sur le fond éthique et politique.

Quoi tu comprends pas ? Relis. La faute à ce tribunal qui a tout refusé, caution et remise du passeport et même promesse d’aller pointer au commissariat chaque matin La honte quoi. Et qui va nous le renvoyer en cellule. La faute à cette sévérité exceptionnelle de traitement. Ces irrégularités manifestes dans la procédure. Bref le caractère particulier que revêt désormais cette affaire.

Et de nous répéter que de toutes façons ils te l’avaient condamné avant même le démarrage de l’enquête judiciaire. Qu’ils l’avaient bafoué, son droit à la présomption d’innocence. Et son traitement de misère, t’as vu ça un peu ? Placé à l’isolement qu’il est. Sans aucune visite ni coup de téléphone.

Et que je te sorte les grands mots. Et que je te parle de justice à géométrie variable. De traitement judiciaire d’exception à son endroit. Tout ça à des fins politiques sans rapport avec la cause des femmes.

Avec une petite allusion sur les origines, la religion et les opinions politiques de l’inculpé. Que tu croirais qu’elles auraient interféré.

En conséquence de quoi, les signataires demandent la libération immédiate au regard de son état de santé alarmant du mis en examen.

Z’auront tout essayé. Ont même sorti deux fois son épouse. Même qu’elle appelle, Iman, à ne pas s’en prendre aux femmes plaignantes et qu’elle menace de se désolidariser de ceux qui le feraient.

En même temps, c’est la fête à la théorie du complot. Avec la vidéo Ce qu’il faut savoir sur le cas Tariq Ramadan, que partage tout azimut Frère Hani. T’as Free Ramadan Campaign.  Qui te discrédite dans un même élan les deux plaignantes et les magistrats chargés de l’affaire. FreeTariqRamadanCampain Et aussi une pétition sur Change.org


En même temps, t’as des twittos devenus culte à force d’exploits. Même que toi, tu vas vérifier s’il ne s’agirait pas de faux comptes. Mais non. Ils sont abonnés à Hadith of the Day. IIFE. Journaldumusulman.fr Saphirnews.com Al Kanz. Oumma.com C’est du lourd. Moh M. t’écrit sans rire qu’il pense que tout ça c’est la faute aux sionistes qu’auraient fabriqué des milliards de robots qui se feraient passer pour des musulmans sur internet afin de les faire passer pour des cons et salir l’image de l’islam. Tu comprends pas ? Relis. Tu vas voir : on s’y fait, à ce style-là. Aussi. Un vrai roman de science-fiction pour nier l’évidence, commente cet ami, qui propose un point pour l’originalité, alors que cet autre reconnaît là l’idée d’un hologramme violeur, que cet autre supplie qu’on le lui donne, le nom du dealer du twittos, et que ce dernier reconnaît un sketch pour le Djamel Comedy Club.

En face, t’en as bien un qui répond que ce serait le fait de relâcher kiki qui serait faire une justice d’exception : ils aiment l’inversion accusatoire et la victimisation, ces obscurantistes.

A quoi cet autre renchérit que si quelqu’un se décidait à faire un montage de toutes les conneries qu’il avait dites et de tous les outrages qu’il avait écrits et qui le menèrent à déshonorer la Femme et la sienne en particulier, ce serait pas trop tard.

Alors qu’au vu des dysfonctionnements, les avocats du théologien plaident pour un dépaysement de la procédure et que les recteurs de la Grande mosquée de Lyon et de Villeurbanne réclament la libération immédiate de cet intellectuel de renom, reconnu et respecté au sein des musulmans de France, alors que Samia Ghali vient s’en mêler et demander Qui on jugeait, l’homme qui avait violé ou le musulman, il ne nous manquait plus que la voix de Tahar Ben Jelloun : le voilà, qui s’alarme qu’il n’est décidément pas facile d’être musulman en ce moment en France et en Europe : Stigmatisés, condamnés d’avance, les musulmans dans leur écrasante majorité souffrent en silence de ce regard torve et puant que pose sur eux le reste du monde. Et l’écrivain de parler non plus d’islamophobie mais de rejet et de haine. N’hésitant pas à s’emparer de L’Affaire Mennel, il pointe ce climat détestable qui caractérise la France du soupçon. Et de te citer une justice qui parfois fait son travail, car elle est indépendante et vient de le prouver avec la relaxe de Bendaoud, et en même temps le … tribunal médiatique qui osa expulser … Mennel.

Heureusement pour ton moral et ta raison, t’as en même temps Abdennour Bidar qui nous demande combien de temps encore nous  allons rester tragiquement aveugles aux racines du mal de l’islamisme. Qui se demande comment il se fait qu’il ait fallu attendre le scandale d’accusations de violences sexuelles pour qu’enfin nos élites s’interrogent sérieusement sur le personnage. Qui nous reproche avec justesse notre paresse Notre inculture. Que nous, au lieu d’aller voir du côté de Mohammed Iqbal, Darius Shayegan, Yadh Ben Achour, Hamadi Redissi, ou ici en France de Mohammed Arkoun, nous avons choisi avec une infaillibilité remarquable les mauvais interlocuteurs, et ouvert nos micros, écrans, tribunes, aux traditionalistes patentés du CFCM, ou bien à des prestidigitateurs comme Ramadan qui rient à gorges chaudes de l’aubaine incroyable de notre naïveté.

Et Abdennour qui continue et nous accuse d’être passés à côté de la supercherie. Comment on a pu y croire, à leur tour de passe-passe des plus grossiers : réformer l’islam, l’adapter à la modernité, le libérer des traditions obscurantistes, blablabla. Alors que la seule lecture de leurs livres aurait permis de débusquer l’incohérence entre cet affichage publicitaire et l’indécrottable dogmatisme comme l’agressivité larvée qui ressurgissent à chaque page ou presque.

Et de conclure qu’on l’a bien cherché. Nous l’avons laissé se développer en France, cet islamisme décomplexé, qui revendique maintenant haut et fort la suprématie de la loi de Dieu face à la loi démocratique, qui affiche sans vergogne intolérance et antisémitisme, etc etc. Nous avons organisé  la starisation de ce joueur de flûte qui a entraîné une partie de la jeunesse musulmane vers l’abîme d’un néo-rigorisme déguisé en islam soft.

Quand tu lis ça, t’as plus envie de rire. Ça fait mal ? Ben oui. Mais ça fait réfléchir. Ça te rappelle combien ils furent nombreux, d’Abdelwahhab Meddeb à Mohammed Arkoun ou  Malek Chebel, à nous avoir alertés. Et ne me dis plus, Lecteur : où sont-ils, les musulmans ? Parce que c’est un peu tard : Meddeb est mort, Arkoun est mort, Chebel est mort, après avoir tous crié dans le même désert. C’est indigne de la France. Combien restons-nous désormais à produire une philosophie critique de l’islam ? On pourrait nous compter sur les doigts d’une main à laquelle il manquerait des doigts ! Je lance donc aujourd’hui à mon tour un cri d’indignation et d’alarme. Nous allons droit à la catastrophe si toutes celles et tous ceux qui sont en position de responsabilité dans notre pays, qui ont entre leurs mains le levier de tel ou tel pouvoir, se contentent de s’offusquer de cette sinistre affaire Ramadan sans qu’elle soit l’objet d’une prise de conscience.

Voilà. Une ultime fois. Regarde-les, les politiques de complicité avec l’islam politique. Sur le plan international avec l’Arabie saoudite, le Qatar ou le Maroc. Sur le plan local en laissant proliférer le salafisme ordinaire pour des calculs clientélistes et électoraux. Et en même temps, regarde-le, ce recul constant sur la laïcité.

Et puis t’as Brigitte Stora. Qui regrette l’impossible procès : celui pour complicité, voire collaboration avec l’idéologie, la genèse, l’histoire des Frères musulmans, cette organisation politico-religieuse fasciste qui fut fondée en 1928 par Hassan El Banna et dont le petit fils Tariq ramadan a toujours fièrement revendiqué la filiation politique, leur alliance avec le fascisme et le nazisme, la diffusion par leur soins dans le monde arabe de mein Kampf et des Protocole des sages de Sion, leur haine des Juifs, des femmes, des démocrates, inscrite au cœur de leur programme. Qui s’en prend à ces chevaliers de la presse libre qui l’ont adoubé, propulsé, encensé sur tous les plateaux télés et medias où la haine fait vendre. Avec l’argent du Qatar et la bénédiction ou le silence d’élus de tous horizons politiques qui ont cru pouvoir troquer la paix sociale contre un peu de religion. Qui ont laissé Ramadan et ses acolytes labourer nos banlieues en parlant à des jeunes à qui plus personne ne s’adressait.

Allez ! Responsabilité collective. Pas seulement Frédéric Taddei…

Sarah Cattan

Tagués avec : , , , , , , , , ,
Publié dans antisémitisme
18 commentaires pour “La tournée des yéyé et le Tartuffe joueur de pipeau, par Sarah Cattan
  1. Rayet Christian dit :

    Je suis en question sur le silence des médias au sujet du problème de la présence massive des musulmans dans notre société.
    l’Islam est attaché à la foi selon le propos d’André Comte-Sponville (Le monde des religions), au sujet des trois « religions du Livre ». La foi, dit-il, « pour un grand nombre de musulmans est plus importante que tout autre chose, l’espérance du Judaïsme et l’amour des Chrétiens compris! »
    Nous entendons les médias nous présenter l’arrivée de population qui se sont produits sous nos latitudes, sans gros problèmes, pour nier les lancements d’alerte au sujet de la venue massive des immigrés. Une grosse majorité d’entre-eux sont musulmans.
    Nous nous devons, c’est évident, accueillir les migrants. Ces gens souffrent et risquent, et même perdent la vie, pour arriver chez nous! L’accueil est un devoir.
    Mais dans le même temps, l’Islam fait ainsi une irruption massivement dans un espace social et politique bien différent du leur.
    Les musulmans qui se sont intégrés au pays d’accueil sont une richesse pour tous. Il y a un islam de modération et de paix qui se distingue de celui, criminel, des salafistes, les wahhabites et les frères musulmans…
    L’Occident a été structuré par le christianisme et nous sommes habitués à évoluer dans un monde conduit par la pensée laïque, chacun révisant constamment ses pensées, et sa foi, au gré du monde des penseurs et des découvertes scientifiques.
    En démocraties, c’est le Politique qui a la primauté, l’autorité et le pouvoir, et ne prétend pas définir une fois pour toutes le juste et le bien. Son autorité est indéfiniment révisable et faillible. Notre laïcité ne peut-elle être perçue, par les nouveaux arrivants, comme une idée folle issue d’une religion fausse, puisque le Coran accuse les « gens du Livre » d’avoir falsifié leurs Ecritures. Lorsqu’un Imam entend dire que les lois de nos démocraties sont supérieures et s’imposent à celles de la religion entend-il quelque chose de concevable pour lui? Comprendra-t-il que dans nos sociétés, les valeurs religieuses ne sont pas la clé de voûte et ne structurent plus le vivre ensemble?
    Je retiens du journaliste israélien Daniel Horowitz: « La laïcité… pose que dans une démocratie les lois ne sauraient découler d’autre chose que de décisions humaines… Dès lors qu’il est établi que le sentiment religieux relève de l’imagination, il est impératif que chacun en conçoive les limites et la subjectivité ».
    N’est-ce pas Napoléon qui convoqua en 1807 une assemblée de notables juifs et a reconnu que l’attitude du judaïsme révèle quels textes de la religion poussent à la citoyenneté? Le Judaïsme a servi au développement éthique de l’humanité, particulièrement de nos sociétés occidentales. Nous sommes la moisson de ses semailles anciennes et quoiqu’on cherche à lui imputer, que ce soit juste ou injuste, il est le garant de cette moisson. Seuls les juifs et les chrétiens ont accepté la laïcité en 1776. Toujours Daniel Horowitz: « Dans le judaïsme il n’y a pas de dogme au sens chrétien du terme. Il y des présomptions, des intuitions, des raisonnements, voire des visions, mais une chose est sûre et certaine: tout relève de la parole de l’homme, et est donc faillible, perfectible et amendable… Le terme “religion” n’existe pour ainsi dire pas en hébreu (“Dieu” non plus, d’ailleurs, qui n’est qu’une francisation de Zeus)… Le monothéisme tel que le propose le judaïsme ne postule pas à proprement parler l’existence de Dieu. Il dit surtout ce que Dieu n’est pas. Le tétragramme YHWH peut… être compris comme verbe, mais pas comme substantif. Ce vocable n’est donc pas l’invocation d’une substance, mais plutôt de quelque chose d’indescriptible, d’imprononçable et d’indicible, une manière d’exprimer l’unicité du monde et la stupéfaction qu’il y ait quelque chose plutôt que rien… »
    Sans être juif, je me dois de reconnaître que la dignité spirituelle de l’homme est une contribution du judaïsme à la société moderne. Religion de la liberté humaine et du rejet des divinités qui écrasent l’homme, car le « Dieu » d’Israël se veut seul puis se cache; il pousse Israël à la recherche, au questionnement, en écartant les autres divinités. Dieu enlève aux hommes leurs craintes superstitieuses qui hantaient les arbres, les collines ou les plaines… En réalité, tous les dieux ont disparus!
    Le Christianisme, est la « religion de la morale ». La Religion du Dieu qui se fait homme et qui se sacrifie pour sauver l’humanité. Issue du refus de la violence, au profit de l’amour, selon le message de Celui qui est crucifié, notre société a été construite sur cette pensée. Quel est l’impact, dans le milieu chrétien, des propos du juif Jésus lorsqu’il dit: « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat » (Marc 2:27). C’est-à-dire que la religion a été faite pour l’homme, et non pour satisfaire la divinité!
    Les juifs et les chrétiens ont accepté la laïcité en 1776. Il a été possible à ces deux convictions religieuses de reléguer leur foi pour le bien vivre au sein de la société. Ce sont la Torah, et les Evangiles, qui devront s’adapter à l’évolution de la société démocratique.
    L’Islam des salafistes, des wahhabites et des frères musulmans… paraît en marge de bien des valeurs de nos démocratie laïques. Les islamistes ne se coupent-ils pas de la société, en s’auto-excluants, parce celle-ci leur apparaît contraire aux prescriptions religieuses? Ne cultivent-ils pas l’idée que la démocratie n’est pas leur culture? Notre identité serait méprisée au profit de l’identité que leur donne la religion. Ils rejetteraient notre société laïque, de séparation de la religion, d’égalité et de respect de la femme…
    Le nombre croissant d’arrivants fait craindre à nos minorités religieuses, surtout juives, l’importation du vécu dans les pays musulmans. Il en est de même pour les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les transgenres, puis les athées, les convertis…
    Les musulmans doivent, dit encore André Comte-Sponville, « faire eux-mêmes le travail qui leur incombe : travail de modernisation, aussi bien quant aux sciences (concernant par exemple le darwinisme) que quant aux principes et aux moeurs. Cela suppose qu’ils acceptent de contextualiser leur lecture du Coran (donc qu’ils renoncent au fondamentalisme), reconnaissent la primauté juridique et politique des droits humains (y compris sur la charia), se rallient en conséquence à la démocratie, à la laïcité et à l’égalité des femmes et des hommes… »
    Les Médias s’essaient à la confusion en utilisant des termes qui sembles équivalents. Le « fondamentalisme », est souvent confondu avec « l’intégrisme ». Le fondamentalisme est purement religieux, et s’attache principalement au respect des traditions de sa religion dans le cadre religieux. L’intégrisme veut modeler la société et l’État conformément aux prescriptions religieuses. Il entre donc de plain-pied dans le politique.
    L’Islam n’a jamais fait son aggiornamento (c’est-à-dire, sa mise à jour, son adaptation à l’évolution du monde, à la réalité contemporaine).
    Il s’agit ici non des individus, mais de religion et nous devons pouvoir critiquer un système de pensée ou une religion. N’est-ce pas ce qui a été le développé dans nos sociétés depuis plus de deux siècles? La foi, n’a-t-elle pas été reléguée au profit d’autres valeurs? On ne fait qu’accentuer le malaise à force de voiler les causes profondes.

    • André dit :

      Belle réflexion. Concernant les « migrants » qu’il faut accueillir vous aurez néanmoins remarqué comme tout le monde que l’immense majorité d’entre eux sont des hommes jeunes entre 20 et 40 ans et seuls. Curieuse migration quasiment sans femmes, sans enfants et sans vieillards, surtout pour ceux venant de pays en guerre…

  2. Nataf dit :

    Une chose est de professer avec de jolies phrases bien construites une idéologie au moins détestable,une autre est d’emprisonner un homme sans casier ,remettant son passeport , suffisamment connu pour ne pouvoir s’enfuir etc…
    Pas de sympathie pour cet idéologue ,mais son incarcération est suspecte et les reactions des musulmans de France doivent être entendues

    • André dit :

      Dans une Europe sans frontière on peut facilement s’enfuir… et c’est tout ce qui a décidé le juge pour l’incarcérer.

      De plus ni vous ni moi ni personne, y compris les « musulmans de France », n’a accès au dossier pour savoir ce qu’il y a dedans. Le juge a dû trouver que c’était suffisamment grave pour prendre sa décision, ne pensez-vous pas ? Ah non, pardon, c’est un islamophobe…

      Fichez la paix à la justice de notre pays et laissez-la faire son métier sans jouer le jeu des musulmans qui veulent faire pression pour raison communautaire et non humanitaire…

      Sinon qu’attendent tous ces musulmans pour défendre aussi Mohamed Louizi harcelé par le Parquet qui accepte toutes les plaintes (six à ce jour en deux ou trois ans à peine) et diligentes des enquêtes policières contre lui ? Ce n’est pas de « l’islamophobie » ça aussi ?…

      • André dit :

        Mais Mohamed Louzi ne fait plus partie de la « oumma ». Non seulement il dénonce tous les frère Tariq mais en plus il a refusé de circoncire son fils ! Pas de « grand écrivain » musulman à la Ben Jelloun pour sa cause…

  3. Jean-Victor dit :

    Je ne sais plus, Gluksmann peut-être, il y a près d’un demi-siècle… on parlait de  » guerre froide dans nos têtes »… Aujourd’hui, c’est une guerre civile, plus seulement dans les têtes, déjà dans les journaux, les réseaux (si mal nommés) sociaux, les prétoires… Plus seulement verbale et virtuelle, mais dans les faits, dans les lieux de vie, les écoles, les quartiers, les centres commerciaux… Elle est (parfois, pour l’instant) déjà armée… Alerter les esprits, les mobiliser… So what ?

  4. Hajage annie dit :

    Connaissez vous le dossier que la Police a entre ses mains ? Croyez moi il doit être bien lourd pour le garder en prison.
    Ne prenez pas le parti des complotistes, surtout qu’il n’en manque pas.
    Wait and see.

  5. André dit :

    Le Ben Jelloun ferait mieux de s’occuper du Maroc ou alors de se demander si son « climat détestable » n’est pas plutôt le fait de tous ces serpents à tête de Ramadan et autres enturbannées à gueules d’anges qui pullulent ces temps-ci et crachent sur la France jusqu’à insulter ses morts avec leurs complots gouvernementaux ou « sionistes » mais rien à voir avec l’islam ni des musulmans. Et qu’on ne me parle pas de l’extrême-droite complotiste groupusculaire dont les sites, comme celui de Soral, sont fréquentés par une majorité de musulmans que l’on retrouve chez Dieudonné…

    Car dès qu’il s’agit sérieusement de droite et de nationalisme en France comme avec le Front National, les mêmes musulmans trouillards se dépêchent d’aller voter pour le PS qui soudainement n’est plus « sioniste »… Tartuffes !

    Les français « blancs » comme dirait la Bouteldja en ont plus qu’assez de leurs gueules d’hypocrites et tôt ou tard ils siffleront la fin de la récréation. Et ce sera violent. Qui sème le vent récolte la tempête.

    En attendant temps Mohamed Louizi peut crever dans son coin ça n’intéresse pas Médiapart. Il a osé dénoncer la Taqîya des « frères musulmans » en France, les copains du trotskyste culturel à moustache…

  6. André dit :

    Une « cloche discordante » pour Ramadan… ahahahah !

    Monsieur je-veux-avoir-le-dernier-mot…

  7. Shlomo Khalifa dit :

    Félicitations à vous, Sarah Cattan ; félicitations de même à Abdennour Bidar, que vous avez cité, ainsi qu’au premier commentateur de votre article : Rayet Christian.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter
Tribune Juive, L’histoire continue…