Antisémitisme : la convergence des sales cons ( Revue des Deux Mondes )

Quelques heures avant d’être violemment pris à partie et insulté par des « gilets jaunes » aux cris de « Sale sioniste de merde ! Casse-toi ! », « Sale Juif ! », « Palestine ! », « Rentre chez toi à Tel-Aviv ! », Alain Finkielkraut expliquait dans une interview au Figarovox les raisons de sa prise de distance avec le Mouvement des « gilets jaunes ». Après avoir été sensible à la détresse de ces « laissés-pour-compte de la nouvelle économie et des aides sociales », le philosophe regrettait que les choses se soient « très vite gâtées », faisant référence à l’arrogance du mouvement et à la présence d’antisémites dans les cortèges. Il concluait : « Dieudonné et Soral ont fait un rêve : agréger une France black-blanc-beur autour de la haine des Juifs. Ce rêve risque d’autant plus d’être notre cauchemar que nous vivons à l’ère des réseaux sociaux. Dans ce nouveau monde, les inhibitions sont levées, chacun se lâche et vient pêcher, en guise de vérité, le mensonge qui comble son attente. »

publicitÉ


 

« Circonscrire les récents actes antisémites au mouvement né sur les ronds points, pour mieux le délégitimer et évacuer une fois de plus la problématique de la France périphérique, serait injuste. Mais ce serait surtout une erreur. »

Ce cauchemar est désormais une réalité. Dans la France de 2019, une partie non négligeable des Français est en train de réaliser une effrayante convergence antisystème, dont le point commun idéologique est l’antisémitisme.

L’antisémitisme actuel n’est pas seulement l’émanation des « gilets jaunes » ou d’une partie des « gilets jaunes ». Circonscrire les récents actes antisémites au mouvement né sur les ronds points, pour mieux le délégitimer et évacuer une fois de plus la problématique de la France périphérique, serait injuste. Mais ce serait surtout une erreur. Car la réalité est bien pire. L’antisémitisme concerne aujourd’hui au moins 22 % des Français. Ceux qui sont « d’accord » avec « l’existence d’un complot sioniste à l’échelle mondiale », chiffre révélé par l’enquête de Conspiracy Watch et de la Fondation Jean-Jaurès sur le complotisme.

L’existence d’un complot sioniste à l’échelle mondiale EST une caractéristique de l’antisémitisme. La théorie est née avec la publication du Protocole des Sages de Sion, un « faux » forgé par la police secrète du tsar au début du XXe siècle qui « révélait » un projet secret sioniste de domination du monde. Depuis elle n’a cessé de se diffuser. Elle séduit à l’extrême gauche comme à l’extrême droite. Elle maquille d’antisionisme, plus « présentable », une haine des Juifs, seul peuple au monde auquel on interdit d’avoir une terre. Car l’antisionisme n’est pas une critique politique. Ce n’est pas la dénonciation de telle ou telle mesure d’un gouvernement israélien. C’est un principe : Israël, foyer des Juifs depuis trois mille ans, doit disparaitre définitivement de la surface de la Terre car c’est une plaie et une humiliation pour les Palestiniens et les pays arabes.

Des Palestiniens dont la cause est devenue en trente ans une cause islamiste et non plus une lutte de libération nationale. Un djihad devant rassembler tous les musulmans du monde contre Israël, les Juifs, les États-Unis et les démocraties occidentales « islamophobes », au premier rang desquelles la France.

« De quoi ce “chez nous” est-il le nom ? »

Ce discours est distillé en permanence dans les banlieues via les télés satellites, via les chaînes idéologiquement contrôlées par les Frères musulmans, via les prêches salafistes sur internet. + 74% d’actes antisémites en France en 2018. On s’habitue…

« Retourne à Tel Aviv », « On est le peuple et on est chez nous », « Dieu te punira », a hurlé le forcené « gilet jaune » à la tête d’Alain Finkielkraut le 16 février. L’homme connu des services de police appartient à la mouvance islamiste salafiste. Ce que laissait suggérer son « Dieu te punira », qui ne fait pas partie du champ sémantique des identitaires ou de l’extrême droite.

De quoi ce « chez nous » est-il le nom ? D’une terre pure délivrée des Juifs, comme la Seine Saint-Denis, désormais « Judenraus », et dont les habitants juifs ont opté pour l’alya intérieure c’est-à-dire un déménagement dans un autre département ? De quel « peuple » parle-t-il ? Un peuple fétichisé, ayant tous les droits, toutes les excuses et toutes les audaces puisqu’il est le peuple et qu’il a forcément raison ? Un peuple qui s’acharne sur un juif imaginaire, bouc émissaire de tous les problèmes ? À moins qu’il n’ait en tête le peuple de l’islam ? Car s’il est salafiste, il souscrit à l’idée du djihad permanent, de la conquête voulue par le prophète des terres des mécréants et de leur soumission, tôt ou tard, à la loi islamique ? De quel délire relèvent ses propos ?

« Au sein des rangs des “gilets jaunes”, s’exprime, à la marge mais bien visible, une convergence des antisémites de toutes obédiences. »

Mohamed Louizi, ancien Frère musulman ayant quitté la confrérie dont il dénonce aujourd’hui les agissements*, a décrypté, sur son site Ecrire sans censure, le positionnement de la mouvance islamiste face aux « gilets jaunes ». Il cite un édito paru le 23 novembre sur le site islamiste Islam&Info, proche des Frères musulmans, intitulé « Oui il faut être des gilets jaunes ! ».

On peut y lire : « Il nous appartient donc à nous muslim de réimpulser une contestation politique intégrale de l’American Way of Life. Il nous faut faire mentir Fukuyama et prouver au monde que l’histoire n’est pas encore finie […]. À nous donc de donner un sens politique à cette révolte. Le but n’est donc plus de contester simplement cette hausse des taxes mais bien ce système politique qui l’induit. Et pour qui douterait encore, qui de plus légitime que le muslim politique assumant sa fonction de réveil des masses et de refus de l’oppression comme avant-garde de cette révolte ? Ne possédons-nous pas dans notre logiciel originel même [l’islam] cette contestation de la société de consommation basée sur l’exploitation des masses par un système financier reposant sur l’usure et la spéculation ? Ce n’est donc pas pour contrer l’extrême droite ou encore pour nous ranger derrière d’autres que nous nous devons de soutenir ce mouvement. Mais c’est bien pour accomplir en plein jour les objectifs primordiaux de notre logos [l’islamisme] que nous devons nous lever pour la justice sociale et contre ce système oppressif ». Et le texte de s’achever sur : « Cette révolte sera ce que l’on en fera … Alors oui il faut être des gilets jaunes ! »

Qu’en conclure ? Qu’au sein des rangs des « gilets jaunes », s’exprime, à la marge mais bien visible, une convergence des antisémites de toutes obédiences. À l’image de la France, où s’expriment désormais, de plus en plus ouvertement, des antisémites de toutes obédiences.

« Quand donc l’extrême gauche arrêtera de se voiler la face ? Pas tout de suite. »

Les islamistes (hors djihadistes), dont l’idéologie et les discours antisémites ne cessent de grandir en influence dans les banlieues, y compris auprès des non musulmans ; les identitaires, proches du site Égalité et réconciliation d’Alain Soral ; sans oublier la sphère de Dieudonné, dont la dernière vidéo en date du 13 février ne décevra pas ses fans. Après avoir ironisé sur les larmes de Castaner face à deux arbres coupés (référence à la vandalisation du mémorial en l’honneur de Ilan Halimi), il dénonce le combat obsessionnel contre l’antisémitisme des « putes des médias et du show-biz » et conclut par : « Il vaut mieux se séparer. Revenir à une France coupée en deux. Une partie occupée par les banques, les intellos, la république. Et l’autre, la France libre, avec un gouvernement par exemple à Vichy. Parce qu’on ne pourra pas vivre ensemble très longtemps. Et les médias, c’est pareil… Drahi franco-israélien vend l’Express à Weil, c’est quoi ces médias subventionnés avec nos impôts ?… »

La petite musique antisémite qui diffuse, qui diffuse… Relayée par tous les islamo-gauchistes, idiots utiles de l’antisémitisme, qui minimisent, relativisent l’agression dont a été victime Alain Finkielkraut. Comme ils minimisent et relativisent toute l’entreprise idéologique de l’islam politique.

Ainsi ce tweet de Thomas Guénolé, politologue de la France insoumise, qui dénonce, dès la première ligne, la haine… que répand Alain Finkielkraut. Quand donc la France insoumise en aura-t-elle fini avec ses démons islamo-gauchistes, indigénistes, intersectionnels, racisés, qui font le lit du racisme et de l’antisémitisme ? Quand donc l’extrême gauche arrêtera de se voiler la face ? Pas tout de suite. Elle est trop occupée à répandre, ici et à l’étranger, la haine de la France, « dictature fasciste » qui, dit-elle, « gaze » ses manifestants. Les cons ça ose tout.

Valérie Toranian, revuedesdeuxmondes.fr

* Auteur de Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans, Michalon.

Soutenez Tribune Juive

Tribune Juive a besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer d’exister. Un don minime, même de 5€, nous montrera votre adhésion et entraînera notre reconnaissance.

Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans antisémitisme
2 commentaires pour “Antisémitisme : la convergence des sales cons ( Revue des Deux Mondes )
  1. OLIVIER COMTE dit :

    Quand la distinguée REVUE DES DEUX MONDES pratiquait l’antisémitisme traditionnel des « gens bien », elle couvrait cette pratique par la culture française habituelle. Aujourd’hui tout change: notre président-philosophe a raté Normale Sup et un philosophe plus crédible, agrégé et normalien, est à la tête de la liste électorale LR, surveillé par un autre normalien. Notre président-philosophe annonce des mesures terribles contre l’antisémitisme mais pratique un antisémitisme d’Etat. C’est cet antisémitisme officiel qui est le plus dangereux et qui rencontre notre vieil antisémitisme, non celui de la France des profondeurs mais d’une France des profondeurs, d’une partie de la France attachée à un antisémitisme, pour elle banale, celui d’une « domination » juive que l’on imagine paisiblement, sans croire ou dénoncer un complot, sans se rattacher à des partis politiques, sans haine apparente, sans grands cris.

    Face à ce danger, mortel pour la République et mortel pour les Juifs, nous trouvons l’habituel rassemblement vertueux de l’inaction et le rassemblement, plus récent, des nouveaux complotistes. Ces individus exploitent l’antisémitisme pour servir leurs passions idéologiques: la haine contre la gauche et la haine contre les Arabes. Le nouveau complot est celui de l’extrême-gauche et du peuple, présenté comme faux peuple. Il faut tout croire puisqu’il s’agit de tirer sur tout ce qui bouge, tout ce qui bouge, bien maladroitement, contre l’ordre Macronien et la nouvelle anarchie destructrice d’une nouvelle Révolution nationale.

    Dans ce flot de boues, desservi par un newspeak contre notre langue et notre culture, la théorie du complot sioniste séduirait l’extrême gauche, où cela? qui? Tout se mélange: Islamisme, gilets jaunes, Islamo-gauchistes et Islamo-Islamistes. Les gilets jaunes ne représentent pas le peuple mais ils manifestent l’existence des 15% d’une France pauvre ils opposent, comme seul moyen sans espoir, un poujadisme anarchiste contre l’échec du Macronisme, autre forme du poujadisme anarchiste. Mais la revue des Deux Droites est toujours là, pour prêcher la haine du peuple, par principe.Je ne crois pas à ce sondage fumeux , je crois à l’article de TJ sur la famille Juive obligée de déménager face à la haine de ses voisins. C’est la même haine qui crie à M. Finkielkraut de « retourner à Tel Aviv »; ce n’est pas une haine islamo-gauchiste mais la haine habituelle, « paisible », la plus dangereuse: « Juifs pas Français! »

    Il ne s’agit pas d’Israël mais de la France, j’aimerais voir TJ quitter sa guerre habituelle de positions et prendre l’offensive.
    La haine contre la France est la vieille haine contre la République et notre culture révolutionnaire, c’est la nouvelle haine de nos fanatiques européens qui veulent insulter et abaisser la France pour mieux la diluer dans le marécage maléfique d’une UE sans pêchés.

  2. sylvain dit :

    Je ne crois pas que l’extrême gauche ne fasse que se voiler la face par rapport aux islamistes et aux fachistes indigénistes. C’est bien plus grave. Elle est factuellement leur alliée, parfois par opportunisme et clientélisme, parfois par adhésion idéologique. Il suffit de consulter des sites internet d’extrême gauche pour s’en rendre compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez notre Newsletter

SOUTENEZ TRIBUNE JUIVE

FAITES UN DON et DÉDUISEZ 66% DE VOS IMPOTS

Pour 100 Euros versés à Tribune Juive, vous recevrez une attestation CERFA qui vous permettra de déduire 66 Euros du montant de votre impôt. Ainsi votre don ne vous aura coûté que 34 Euros.